Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les Fleurs du Mal - Charles Baudelaire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Poésie
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous aimez ce recueil
Un peu
10%
 10%  [ 3 ]
Beaucoup
20%
 20%  [ 6 ]
A la folie
68%
 68%  [ 20 ]
Pas du tout
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 29

Auteur Message
yansored



Inscrit le: 19 Aoû 2004
Messages: 222

MessagePosté le: Mer Oct 08, 2003 7:58 pm    Sujet du message: Les Fleurs du Mal - Charles Baudelaire Répondre en citant

C'était juste pour vous donner (ou redonner ?) envie de lire ce poete qui me fait rêver depuis fort longtemps.... *Smile*
Site interessant sur Baudelaire :
http://www.poetes.com/baud/
Le Flacon :
Il est de forts parfums pour qui toute matière
Est poreuse. On dirait qu'ils pénètrent le verre.
En ouvrant un coffret venu de l'Orient
Dont la serrure grince et rechigne en criant, Ou dans une maison déserte quelque armoire
Pleine de l'âcre odeur des temps, poudreuse et noire,
Parfois on trouve un vieux flacon qui se souvient,
D'où jaillit toute vive une âme qui revient. Mille pensers dormaient, chrysalides funèbres,
Frémissant doucement dans les lourdes ténèbres,
Qui dégagent leur aile et prennent leur essor,
Teintés d'azur, glacés de rose, lamés d'or. Voilà le souvenir enivrant qui voltige
Dans l'air troublé ; les yeux se ferment ; le Vertige
Saisit l'âme vaincue et la pousse à deux mains
Vers un gouffre obscurci de miasmes humains; Il la terrasse au bord d'un gouffre séculaire,
Où, Lazare odorant déchirant son suaire,
Se meut dans son réveil le cadavre spectral
D'un vieil amour ranci, charmant et sépulcral. Ainsi, quand je serai perdu dans la mémoire
Des hommes, dans le coin d'une sinistre armoire
Quand on m'aura jeté, vieux flacon désolé,
Décrépit, poudreux, sale, abject, visqueux, fêlé, Je serai ton cercueil, aimable pestilence!
Le témoin de ta force et de ta virulence,
Cher poison préparé par les anges! Liqueur
Qui me songe, ô la vie et la mort de mon cœur!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Yaz
Le séducteur au parapluie


Inscrit le: 10 Mai 2003
Messages: 289
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer Oct 08, 2003 10:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quand on me demande quels sont vos trois recueils de poêmes préférés, je réponds sans hésiter:
1/ Les Fleurs du Mal, Baudelaire
2/ Les Châtiments, Hugo
3/ Alcools, Apollinaire
Ce recueil de Baudelaire est vraiment un incontournable de la poesie!
(a titre indicatif, mon poème préféré est le Vampire *Twisted Evil* )
_________________
Yaz-Serial reader
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
yansored



Inscrit le: 19 Aoû 2004
Messages: 222

MessagePosté le: Jeu Oct 09, 2003 10:11 am    Sujet du message: Répondre en citant

tiens voila ton vampire *Wink* Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon coeur plaintif es entrée;
Toi qui, forte comme un troupeau
De démons, vins, folle et parée,De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine;
—Infâme à qui je suis lié
Comme un forçat à la chaîne,Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l'ivrogne,
Comme aux vermines la charogne,
—Maudite, maudite sois-tu!J'ai prié le glaive rapide
De conquérir ma liberté
Et j'ai dit au poison perfide
De secourir ma lâcheté.Hélas! le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit:
«Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,Imbécile!—de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire!»
Online text © 1998-2003 Poetry X. All rights reserved.
From Les Fleurs du Mal | 1861
Moi aussi j'aime bcp Hugo et Apollinaire. Tes préférés ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Yaz
Le séducteur au parapluie


Inscrit le: 10 Mai 2003
Messages: 289
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Oct 10, 2003 1:28 am    Sujet du message: Répondre en citant

Aaaarffff...Merci Yansor!
(je dois te dire que ce poême est mon préféré parcqu'il me rappelle un peu mon exe... *Embarassed* )
Mon poême préféré de Hugo est...j'en ai honte mais j'ai oublié le titre.. (re *Embarassed* )
c'est un poème très émouvant sur le travail des enfants dans les mines:
"Ou vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit
ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit..."ça commence comme ça (tu connais peut etre?)j'aime aussi enormément ceux qu'il a écrit à la mémoire de sa fille Leopoldine..Quant à Apollinaire, le "Pont Mirabeau" est longtemps resté mon favori, mais je lui préfére à présent "Colchiques" et "La Lorelei", celà dit, je suis toujours hilare à la lecture de "la réponse des Cosaques Zaporogues au Sultan de Constantinople"..Voili, voilou...Et toi alors? c'est quoi tes favoris..? *Mr. Green*
_________________
Yaz-Serial reader
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
yansored



Inscrit le: 19 Aoû 2004
Messages: 222

MessagePosté le: Ven Oct 10, 2003 10:11 am    Sujet du message: Répondre en citant

ouah, dois être qqchose, ton exe !! je vais ouvrir un post apollinaire : non, meilleure idée : tu le fais toi !!
comme ça je viendrai te dire mon préféré !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Yaz
Le séducteur au parapluie


Inscrit le: 10 Mai 2003
Messages: 289
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven Oct 10, 2003 11:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Yansor
Citation:
ouah, dois être qqchose, ton exe !!
*Very Happy* hihi...j'aurais pas dit mieux (arf, bien choisis les smileys)c'est dur une telle dépendance vis à vis de quelqu'un...surtout quand elle n'est plus réciproque.. :-(
Citation:
je vais ouvrir un post apollinaire : non, meilleure idée : tu le fais toi !!
comme ça je viendrai te dire mon préféré !
*Very Happy* C'est parti.....
_________________
Yaz-Serial reader
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
yansored



Inscrit le: 19 Aoû 2004
Messages: 222

MessagePosté le: Sam Oct 11, 2003 7:47 am    Sujet du message: Répondre en citant

:fleur:
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
CeNedra
Admin


Inscrit le: 08 Mai 2003
Messages: 3084
Localisation: Entre réel et Imaginaire

MessagePosté le: Mar Mai 18, 2004 12:26 pm    Sujet du message: l'Horloge Répondre en citant

Pour vous un petit poëme de Beaudelaire que j'adore.
Certains le reconnaîtrons car il a été adapté en "chanson" par Mylène Farmer.
Très belle Adaptation par ailleurs

L'horloge
Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit : " Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible, Le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison. Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix
D'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde ! Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or ! Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide. Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le repentir même (oh ! la dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard
_________________
Griffe d’Encre


Dernière édition par CeNedra le Lun Juil 12, 2004 12:37 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Valerie
Invité





MessagePosté le: Mar Mai 18, 2004 12:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ah ben ça je ne savais absolument pas que c'etait du Baudelaire.
J'adore cette chanson de Farmer. je vais peut-être attaquer Baudelaire alors *Laughing*
Revenir en haut de page
Slayard



Inscrit le: 15 Sep 2004
Messages: 39
Localisation: où ça?

MessagePosté le: Mer Oct 13, 2004 12:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Oué, ça rate pas, chaque fois que je lis Baubau je me dis qu'ils sont bien idiot ceux qui prétendent que la magie n'existe pas *Mr. Green*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Myrielle Marc



Inscrit le: 19 Oct 2004
Messages: 87
Localisation: Petit village de l'Ouest

MessagePosté le: Mar Fév 22, 2005 8:40 am    Sujet du message: Hugo Répondre en citant

"Lorsque avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes,
Echevelé, livide au mlilieu des tempêtes,
Caïn se fut enfui de devant Jéhovah..."Hugo bien sûr, "La conscience", dans "La légende des siècles". Ca a été le premier poème de ma vie, lu en classe par une institutrice, et je ne m'en suis jamais vraiment remise.Autrement, Rimbaud, Baudelaire, Verlaine, Ronsard. J'ai des goûts ultra-classiques en poésie, faute peut-être de connaître les contemporains. Et puis c'est si affreux, un mauvais poème, bien pire qu'un mauvais texte : ça rend prudent.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Nerdanel



Inscrit le: 07 Jan 2006
Messages: 252
Localisation: sur mon fil, la tête dans les nuages

MessagePosté le: Lun Jan 09, 2006 3:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Baudelaire... que dire... Ce type est un génie! Il manie la rime et le spleen d'une manière sublime!
Je serai incapable de dire quel est le poème que je préfère, il y en a qui ressortent particulièrement, mais mais vous noterez l'emploi du pluriel!
J'aime beaucoup "L'Albatros", et aussi "au lecteur", "Charogne", et je m'arrête là, sinon je vais citer tout le recueil.
_________________
"It is the spectator, and not life, that art really mirrors"
Oscar Wilde
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Ibis



Inscrit le: 21 Aoû 2004
Messages: 121

MessagePosté le: Lun Jan 09, 2006 5:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Aaaah "Les Fleurs du Mal"! un recueuil de poèmes que j'apprécie beaucoup! Surtout les poèmes "L'Horloge" et "Le Flambeau Vivant" (parmi tant d'autres). C'ets un des seuls "poètes classiques" qui m'a vraiment "accrochée".
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
virge



Inscrit le: 28 Jan 2006
Messages: 2

MessagePosté le: Sam Jan 28, 2006 8:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant

saviez vous que baudelaire était synesthète ??
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nerdanel



Inscrit le: 07 Jan 2006
Messages: 252
Localisation: sur mon fil, la tête dans les nuages

MessagePosté le: Sam Jan 28, 2006 11:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Euh, c'est quoi un synesthète ?
_________________
"It is the spectator, and not life, that art really mirrors"
Oscar Wilde
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Maere



Inscrit le: 28 Mar 2005
Messages: 104

MessagePosté le: Lun Jan 30, 2006 7:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est associer une perception d'un sens à une perception d'un autre sens (une couleur associée à une note de musique, par exemple)."Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme des hautbois, verts comme des prairies"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Nerdanel



Inscrit le: 07 Jan 2006
Messages: 252
Localisation: sur mon fil, la tête dans les nuages

MessagePosté le: Mar Jan 31, 2006 7:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Okay, bon et bien vu comme ça, il n'y a pas de doute, Baudelaire était synèsthète, et je me coucherai moins con ce soir *Laughing*
_________________
"It is the spectator, and not life, that art really mirrors"
Oscar Wilde
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
baboune



Inscrit le: 26 Avr 2006
Messages: 13
Localisation: liege en belgique

MessagePosté le: Mer Avr 26, 2006 7:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est le livre que j'ai étudié en terminal L enfin le livre de référence *Wink*
Je ne l'ai jamais lu en entier mais il faudrait car les passages étudiés à l'école m'ont vraiment passionné
_________________
http://marclevy.vraiforum.com/index.php
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Nerdanel



Inscrit le: 07 Jan 2006
Messages: 252
Localisation: sur mon fil, la tête dans les nuages

MessagePosté le: Jeu Avr 27, 2006 2:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Lesquels as-tu étudié ?
_________________
"It is the spectator, and not life, that art really mirrors"
Oscar Wilde
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Toonnette
Reine des Damnés


Inscrit le: 05 Juil 2004
Messages: 1662
Localisation: Nancy/Paris/

MessagePosté le: Lun Mai 01, 2006 12:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

Grâce à monsieur Baudelaire j'ai eu un joli 14 à mon oral de français à l'époque...j'adore...
_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux
Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Dahud



Inscrit le: 03 Sep 2006
Messages: 134
Localisation: Bordeaux

MessagePosté le: Dim Sep 03, 2006 4:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Baudelaire:
L'horloge
La chevelure
Le flacon
Spleen (Quand le ciel...)
Tous!
_________________
Je crayonne sur les couvertures des mondes et des souffrances...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
EcumeDesEtoiles



Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 296
Localisation: Tigane

MessagePosté le: Mar Avr 24, 2007 5:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Un recueil que j'ai du lire cette année, en lecture cursive pour le bac.

Et bien, quelle claque ma parole! je n'avais jamais vraiment lu de poésie, à part les quelques poèmes étudiés en cours...et j'ai adoré. Beaucoup n'ont pas accroché, il faut dire que Baudelaire est assez particulier quand même. Cependant quel talent! Quel beauté! A lire et à relire, chacun peut y trouver quelque chose à chaque moment de sa vie.

Un de ceux que j'ai particulièrement aimé, pour son ambiance/atmosphère, ses jeux de sonorités:

"Harmonie du soir"

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir;
Valse mélancolique et langoureux vertige!

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige;
Valse mélancolique et langoureux vertige!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige,
Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige!
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir!


Baudelaire, Les fleurs du mal XLIII.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Berserker



Inscrit le: 12 Mai 2007
Messages: 2
Localisation: Haute-Savoie

MessagePosté le: Sam Mai 12, 2007 10:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

Yansor a écrit:
tiens voila ton vampire *Wink*

Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon coeur plaintif es entrée;
Toi qui, forte comme un troupeau
De démons, vins, folle et parée,De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine;
—Infâme à qui je suis lié
Comme un forçat à la chaîne,Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l'ivrogne,
Comme aux vermines la charogne,
—Maudite, maudite sois-tu!J'ai prié le glaive rapide
De conquérir ma liberté
Et j'ai dit au poison perfide
De secourir ma lâcheté.Hélas! le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit:
«Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,Imbécile!—de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire!»
Online text © 1998-2003 Poetry X. All rights reserved.
From Les Fleurs du Mal | 1861
Moi aussi j'aime bcp Hugo et Apollinaire. Tes préférés ?


De qui est ce texte, et quel est son titre ? Merci beaucoup
_________________
Il ne faut pas rêver sa vie, mais vivre ses rêves...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Crazy
Cannibale Lectrice


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 5745
Localisation: Physiquement : Cergy, France. Mentalement : MIA

MessagePosté le: Dim Mai 13, 2007 9:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Regarde à la fin de ce que tu as cité *Wink*

(Bon, ok, y'a pas le titre, mais ça doit être retrouvable).
_________________
Crazy
Modératrice et Dictatrice Adjointe *Twisted Evil*
Il ne faut pas confondre ce qui est personnel et ce qui est important (Terry Pratchett)
Et maintenant, j'ai un blog
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Outremer



Inscrit le: 26 Avr 2007
Messages: 824
Localisation: France

MessagePosté le: Lun Mai 14, 2007 2:16 am    Sujet du message: Répondre en citant

Les meilleurs poèmes de Baudelaire sont sans doute ceux dont le thème est le spleen, mais il en a écrit d'autres qui sont plus réjouissants, comme le suivant :


La Géante

Du temps que la Nature en sa verve puissante
Concevait chaque jour des enfants monstrueux,
J'eusse aimé vivre auprès d'une jeune géante,
Comme aux pieds d'une reine un chat voluptueux.

J'eusse aimé voir son corps fleurir avec son âme
Et grandir librement dans ses terribles jeux;
Deviner si son cœur couve une sombre flamme
Aux humides brouillards qui nagent dans ses yeux;

Parcourir à loisir ses magnifiques formes;
Ramper sur le versant de ses genoux énormes,
Et parfois en été, quand les soleils malsains,

Lasse, la font s'étendre à travers la campagne,
Dormir nonchalamment à l'ombre de ses seins,
Comme un hameau paisible au pied d'une montagne.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
myriade



Inscrit le: 07 Juin 2007
Messages: 83
Localisation: entre terre et mer

MessagePosté le: Mar Juil 24, 2007 9:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Deux parmi mes préférés :

La Mort des Amants

Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d'étranges fleurs sur des étagères,
Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.


Usant à l'envi leurs chaleurs dernières,
Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux,
Qui réfléchiront leurs doubles lumières
Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.


Un soir fait de rose et de bleu mystique,
Nous échangerons un éclair unique,
Comme un long sanglot, tout chargé d'adieux;


Et plus tard un Ange, entr'ouvrant les portes,
Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
Les miroirs ternis et les flammes mortes.


Le Flambeau vivant

Ils marchent devant moi, ces Yeux pleins de lumières,
Qu'un Ange très-savant a sans doute aimantés ;
Ils marchent, ces divins frères qui sont mes frères,
Secouant dans mes yeux leurs feux diamantés.

Me sauvant de tout piège et de tout péché grave,
Ils conduisent mes pas dans la route du Beau ;
Ils sont mes serviteurs et je suis leur esclave ;
Tout mon être obéit à ce vivant flambeau.

Charmants Yeux, vous brillez de la clarté mystique
Qu'ont les cierges brûlant en plein jour ; le soleil
Rougit, mais n'éteint pas leur flamme fantastique ;

Ils célèbrent la Mort, vous chantez le Réveil ;
Vous marchez en chantant le réveil de mon âme,
Astres dont nul soleil ne peut flétrir la flamme !
_________________
Veni vidi vici
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Val



Inscrit le: 16 Juil 2003
Messages: 1015
Localisation: Yerres

MessagePosté le: Dim Aoû 19, 2007 8:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Recueil de poemes plutôt spéciaux, ce livre m'a laissé un goût et un sentiment assez mitigé en fait.

Je crois qu'en définitif, la poésie, c'est vraiment pas mon truc. Ca m'ennuie, je ne trouve pas ça terrible. Quand ça rime c'est "lourd", quand ça rime pas, ça ressemble à rien.

Hoooooolaaaaaaaaaa, j'entends d'ici les hauts cris d'horreur des fans de littérature classique ou de poésie, mais après tout, chacun ses goûts hein ? Et la poésie ne fait pas partie des miens.

Ceci dit, tout n'est pas mauvais dans ce livre lol Il y en a quelqu'uns que j'ai apprécié et que j'aimerais vous livrer :

Viens tu du ciel profond ou sors tu de l'abîme,
Ô beauté ? ton regard, infernal et divin,
Verse confusément le bienfait et le crime,
Et l'on peut pour cela te comparer au vin.

Tu contiens dans ton oeil le couchant et l'aurore,
Tu répands des parfums comme un soir orageux,
Tes baisers sont un philtre et ta bouche une amphore
Qui font le héros lâche et l'enfant courageux.

Sors tu du gouffre noir ou descends tu des astres ?
Le destin charmé suit tes jupons comme un chien
Tu sèmes au hasard la joie et les désastres
Et tu gouvernes tout et ne réponds de rien

Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques
De tes bijoux l'horreur n'est pas le moins charmant
Et le meurtre, parmi tes plus chères breloques
Sur ton ventre orgueilleux danse amoureusement

L'éphémère ébloui vole vers toi, chandelle
Crépite, flambe et dit : Bénissons ce flambeau !
L'amoureux pantelant incliné sur sa belle
A l'air d'un moribond caressant son tombeau

Que tu viennes du ciel ou de l'enfer, qu'importe
Ô Beauté ! monstre énorme, effrayant, ingénu !
Si ton oeil, ton sourire, ton pied, m'ouvrent la porte
D'un infini que j'aime et n'ai jamais connu ?

De Satan ou de Dieu, qu'importe ? Ange ou sirène
Qu'importe, si tu rends - fée aux yeux de velours,
rhythme, parfum, lueur, ô mon unique reine ! -
L'univers moins hideux et les instants moins lourds ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Il me semble parfois que mon sang coule à flots
Ainsi qu'une fontaine aux rhythmiques sanglots
Je l'entends bien qui coule avec un long murmure
Mais je me tâte en vain pour trouver la blessure

A travers la cité, comme dans un champ clos
Il s'en va, transformant les pavés en îlots
Déslatérant la soif de chaque créature
Et partout colorant en rouge la nature

J'ai demandé souvent à des vins capiteux
D'endormir pour un jour la terreur qui me mine
Le vin rend l'oeil plus clair et l'oreille plus fine !

J'ai cherché dans l'amour un sommeil oublieux
Mais l'amour n'est pour moi qu'un matelas d'aiguilles
Fait pour donner à boire à ces cruelles filles !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur Adresse AIM MSN Messenger
Anonyme
Invité





MessagePosté le: Lun Aoû 20, 2007 1:25 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Dans ce cas, essaie plutôt le Spleen de Paris, de Baudelaire: ce sont des poèmes en prose qui ressemblent à des histoires. D'ailleurs, certains sont des contes.
Revenir en haut de page
Kettricken



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 173
Localisation: Suresnes

MessagePosté le: Mar Aoû 28, 2007 12:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

EcumeDesEtoiles a écrit:

"Harmonie du soir"

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir;
Valse mélancolique et langoureux vertige!

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige;
Valse mélancolique et langoureux vertige!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige,
Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige!
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir!


Baudelaire, Les fleurs du mal XLIII.


Ca me rappelle que c'est ce poème que j'avais eu pour mon Bac de français oral... c'est l'une des raisons pour lesquelles Baudelaire s'associe chez moi irrémédiablement à éEcole" et "examen"... après on prend beaucoup moins de plaisir à sa lecture...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
L
Hellreader


Inscrit le: 10 Juin 2007
Messages: 640
Localisation: Ailleurs

MessagePosté le: Dim Jan 20, 2008 11:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Au lecteur.

La sottise, l'erreur, le péché, la lésine,
Occupent nos esprits et travaillent nos corps,
Et nous alimentons nos aimables remords,
Comme les mendiants nourrissent leur vermine.

Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches ;
Nous nous faisons payer grassement nos aveux,
Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux,
Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches.

Sur l'oreiller du mal c'est Satan Trismégiste
Qui berce longuement notre esprit enchanté,
Et le riche métal de notre volonté
Est tout vaporisé par ce savant chimiste.

C'est le Diable qui tient les fils qui nous remuent !
Aux objets répugnants nous trouvons des appas ;
Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas,
Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Ainsi qu'un débauché pauvre qui baise et mange
Le sein martyrisé d'une antique catin,
Nous volons au passage un plaisir clandestin
Que nous pressons bien fort comme une vieille orange.

Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes,
Dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons,
Et, quand nous respirons, la Mort dans nos poumons
Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes.

Si le viol, le poison, le poignard, l'incendie,
N'ont pas encor brodé de leurs plaisants dessins
Le canevas banal de nos piteux destins,
C'est que notre âme, hélas ! n'est pas assez hardie.

Mais parmi les chacals, les panthères, les lices,
Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents,
Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants,
Dans la ménagerie infâme de nos vices,

Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde !
Quoiqu'il ne pousse ni grands gestes ni grands cris,
Il ferait volontiers de la terre un débris
Et dans un bâillement avalerait le monde ;

C'est l'Ennui ! - l'oeil chargé d'un pleur involontaire,
Il rêve d'échafauds en fumant son houka.
Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat,
- Hypocrite lecteur, - mon semblable, - mon frère !


C'est avec ce poème directement adressé au lecteur que s'ouvre le recueil des Fleurs du mal. Baudelaire lui offre un apperçu du bouquet maudit qui l'attend parmis ces pages, bouquets de fleurs à la fois belles et flétries, aux senteurs douces et aux épines aiguisées.

Les Fleurs du mal
fut publié en 1857. Loin de faire l'unanimité chez les biens pensants de l'époque, Baudelaire et son éditeur vont être confrontés à la Justice française qui va faire interdire six oeuvres et obtenir amendes, pour le grief suivant: délit d’outrage à la morale publique.
Aujourd'hui, Les Fleurs du mal est considéré comme un pilier innébranlable de la poésie française.

Et il y a de quoi. Ce recueil aux tons romantiques est une oeuvre d'une beauté rare. Baudelaire est un virtuose qui use de la plume comme personne, transportant son lecteur parmis ses vers et ses rimes au détour de six parties: Spleen et idéal, Tableaux parisiens, Vin, Fleurs du mal, Révolte, La Mort.
Cette plume peut-être appréciée de tous les lecteurs je crois, étant donné que le sens de la grande majorité des poèmes n'est que peu "hermétique" (Ce qu'on reproche souvent à la Poésie) . Une poésie empreinte de mélancolie parfois teintée de sang, parfois de rêve, parfois d'amour, qui à chaque lecture donnera une nouvelle lumière à son lecteur. Je sais que je peux y replonger à n'importe quel moment, j'y puiserai à chaque fois la même "force", la même beauté.

Il est difficile de lire un recueil de poèmes comme un roman. Surtout celle-ci, qui, comme toute oeuvre baignant dans le Romantisme, est puisée dans l'âme du poète. Il n'y a pas besoin de tout lire d'un seul coup pour apprécier, c'est certain.
Ceuillez les fleurs quand vous le désirez, une par une ou par bouquet, et laissez vous ennivrez par leurs mortels parfums. En voici quelques unes.

L'amour et le crâne.

L'Amour est assis sur le crâne
De l'Humanité,
Et sur ce trône le profane,
Au rire effronté,

Souffle gaiement des bulles rondes
Qui montent dans l'air,
Comme pour rejoindre les mondes
Au fond de l'éther.

Le globe lumineux et frêle
Prend un grand essor,
Crève et crache son âme grêle
Comme un songe d'or.

J'entends le crâne à chaque bulle
Prier et gémir :
- " Ce jeu féroce et ridicule,
Quand doit-il finir ?

Car ce que ta bouche cruelle
Eparpille en l'air,
Monstre assassin, c'est ma cervelle,
Mon sang et ma chair ! "



Le mort joyeux.

Dans une terre grasse et pleine d'escargots
Je veux creuser moi-même une fosse profonde,
Où je puisse à loisir étaler mes vieux os
Et dormir dans l'oubli comme un requin dans l'onde,

Je hais les testaments et je hais les tombeaux ;
Plutôt que d'implorer une larme du monde,
Vivant, j'aimerais mieux inviter les corbeaux
A saigner tous les bouts de ma carcasse immonde.

Ô vers ! noirs compagnons sans oreille et sans yeux,
Voyez venir à vous un mort libre et joyeux ;
Philosophes viveurs, fils de la pourriture,

A travers ma ruine allez donc sans remords,
Et dites-moi s'il est encor quelque torture
Pour ce vieux corps sans âme et mort parmi les morts !

_________________
Brise et ruine d’abord ce monde, nous verrons si l’autre surgit ensuite
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Laria



Inscrit le: 09 Fév 2007
Messages: 1868
Localisation: Ankh-Morpok

MessagePosté le: Mer Fév 17, 2010 5:03 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je me suis mise très tardivement à la poésie. Le temps d'oublier la torture que c'était d'en étudier en cours. *Rolling Eyes*
Ce recueil fait partie de mes préférés et de tous les poèmes qu'il contient, celui qui me vient spontanément en tête est "je t'adore...".

Citation:
Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne,
O vase de tristesse, ô grande taciturne,
Et t'aime d'autant plus, belle, que tu me fuis,
Et que tu me parais, ornement de mes nuits,
Plus ironiquement accumuler les lieues
Qui séparent mes bras des immensités bleues.

Je m'avance à l'attaque, et je grimpe aux assauts,
Comme après un cadavre un chœur de vermisseaux,
Et je chéris, ô bête implacable et cruelle !
Jusqu'à cette froideur par où tu m'es plus belle.

_________________
Mille et un mondes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
l'étrangère



Inscrit le: 20 Juil 2009
Messages: 14

MessagePosté le: Dim Mai 23, 2010 2:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Actuellement, on survole quelques poèmes de Baudelaire ainsi que sa biographie, vie très spéciale ^^^, en tout cas , "les fleurs du mal" est un recueil très intéressant malgré sa spleenitude *Smile*
_________________
Avec ambition.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Luna240681
Tit'Tutu lectovore


Inscrit le: 01 Juin 2007
Messages: 158
Localisation: Noisy le Grand

MessagePosté le: Ven Oct 22, 2010 3:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

"Les Fleurs du Mal" est un recueil magnifique. Je l'ai découvert adolescente avec le poème "Remords posthume" qui m'avait vraiment marquée, et "L'Horloge" de Mylène Farmer... La noirceur de certains textes, la beauté "visuelle" d'autres, les émotions exorcisées... Baudelaire et Rimbaud sont mes deux poètes d'âme... "Les Fleurs du Mal" et "Une Saison en Enfer" sont mes les recueils que j'ai le plus lus et que je relis souvent... "Alcools" d'Apollinaire aussi... Et dans un autre style "Paroles" de Prévert ^^
_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux." Jules Renard.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
guillaum81



Inscrit le: 25 Nov 2010
Messages: 5
Localisation: albi

MessagePosté le: Jeu Nov 25, 2010 8:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Baudelaire, Rimbaud, Hugo et Apollinaire sont très certainement mes poètes préférés! Dans les Fleurs du Mal, on sent les émotions transparaître.
C'est un recueil magnifique, qui est éternel. Le poème "L'horloge" m'avait marqué
également...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Antoine V



Inscrit le: 02 Juil 2014
Messages: 2
Localisation: Maintenant ici, Ailleurs Demain.

MessagePosté le: Mer Juil 02, 2014 5:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Baudelaire a beaucoup écrit sur la mélancolie, la mort, les vices humains... Bref, il a toujours été assez noir.

Mais ce qui fait sa force en tant que poète, c'est qu'il n'excelle pas que dans l'expression des tourments de l'âme. En fait, il manie sa plume avec une souplesse fantastique. Il marque son style sur chaque thème poétique.

Mon préféré sûrement, un qui me fait toujours rêver:

Paysage

Je veux, pour composer chastement mes églogues
Coucher auprès du ciel, comme les astrologues
Et, voisin des clochers, écouter en rêvant
Leurs hymnes solennels emportés par le vent.
Les deux mains au menton, du haut de ma mansarde,
Je verrai l'atelier qui chante et qui bavarde;
Les tuyaux, les clochers, ces mâts de la cité,
Et les grands ciels qui font rêver d'éternité.

Il est doux, à travers les brumes, de voir naître
L'étoile dans l'azur, la lampe à la fenêtre,
Les fleuves de charbon monter au firmament
Et la lune verser son pâle enchantement.
Je verrai les printemps, les étés, les automnes;
Et quand viendra l'hiver aux neiges monotones,
Je fermerai partout portières et volets
Pour bâtir dans la nuit mes féeriques palais.
Alors, je rêverai des horizons bleuâtres,
Des jardins, des jets d'eau pleurant dans les albâtres,
Des baisers, des oiseaux chantant soir et matin,
Et tout ce que l'Idylle a de plus enfantin.
L'Émeute, tempêtant vainement à ma vitre,
Ne me fera pas lever mon front de mon pupitre;
Car je serais plongé dans cette volupté
D'évoquer le Printemps avec ma volonté,
De tirer un soleil de mon coeur, et de faire
De mes pensers brûlants une tiède atmosphère.

Chaque fois que je lis celui-ci, j'ai la sensation d'y redécouvrir quelque chose de fantastique.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hoël
Pygmalion


Inscrit le: 27 Juin 2011
Messages: 2355
Localisation: Great North

MessagePosté le: Mer Juil 02, 2014 10:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tiens , c'est la première fois que je coche "à la folie" pour un sondage sur un bouquin.
_________________
"Tout est dans tout et réciproquement ."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
doriane



Inscrit le: 27 Aoû 2014
Messages: 6

MessagePosté le: Mar Sep 09, 2014 7:10 am    Sujet du message: Répondre en citant

il a ce je-ne-sais-quoi qui fait que chacun de ses poèmes sont si profonds, c'est d'ailleurs un des auteurs que j'affectionne le plus! *Smile*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Poésie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 136214 / 0