Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Faust - Goethe

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Théâtre
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous avez aimé
Un peu
0%
 0%  [ 0 ]
Beaucoup
50%
 50%  [ 1 ]
A la folie
50%
 50%  [ 1 ]
Pas du tout
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 2

Auteur Message
Lolitarte



Inscrit le: 31 Oct 2011
Messages: 57
Localisation: Ouzbékistan

MessagePosté le: Sam Nov 26, 2011 7:54 pm    Sujet du message: Faust - Goethe Répondre en citant

Ce chef-d'œuvre n'a rien perdu de sa puissance, ni de son mystère. D'une construction à la fois savante et populaire, réaliste et fantastique, pathétique et comique, source d'innombrables commentaires et de magnifiques œuvres plastiques et musicales, la pièce était née d'un personnage réel, déformé par la légende et devenu un mythe. Faust est un héros romantique qui a échoué dans la vie comme dans la connaissance et rencontre « l'esprit qui toujours nie », Méphistophélès. Il est devenu l'allégorie de l'humanité. Mais la faute commise ici-bas est inévitable, et pourtant pardonnée par Dieu. D'où un spectacle total, qui va de l'humain au cosmique, et réunit tous les âges et tous les goûts.



Faust, la pensée de toute une vie, Goethe puisant en lui année après année la recherche de la condition humaine, les paradoxes, tiraillé entre plusieurs mondes, soif de savoir, du bonheur, de l’hédonisme. Et si le seigneur n’était qu’un mot pour se définir, dessinant nos contours, si la croyance ou l’athéisme n’était juste au final que la différence de mot choisi pour s’identifier.
La raison pourrait-elle correspondre dans un certain langage à dieu et l’hédonisme au diable ?
Mais si au fond tout ça n’était que l’humain et ses contradictions, entre le savoir et l’action.
L’homme a de tout temps voulu savoir, comprendre ses propres fondements, qu’il le puise dans l’ésotérisme, la science, le quantique, et si au fond ce besoin de toujours étudier nous faisait mieux nous fuir, passer à côté de ce que nous sommes réellement.
Comment une œuvre comme Faust ne pourrait ne pas être complexe et paradoxale en vue de son traitement philosophique métaphysique, « être ».

Ce que je sais, c’est que je ne sais rien « Socrate »
Le vivre à propos « Montaigne et ses essais »

Si vivre était jouir, convenant que le savoir n’est pas absolu.

Citation:
« Méphistophélès : l’homme vivrait un peu mieux si tu ne lui avais donné le reflet de la lumière céleste ; Il l’appelle raison et s’en sert uniquement pour n’être que plus bête qu’une bête. »
«(…) les hommes me font de la peine en leurs lamentables vies(…) »

Le seigneur « .L’homme erre aussi longtemps qu’il cherche. »


Les questionnements sont sans doute plus importants que les réponses, ils nous permettent d’étudier interminablement les parts d’ombre dues au retranchement de nos propres interrogations, repousse les limites d’un raisonnement.
ET si le « vivre à propos » plutôt que l’étude récurrente menant à l’errance était la réponse ?

Citation:
Faust « Il y a longtemps que tout savoir m’écœure. Apaisons nos passions ardentes dans les fonds de la sensualité. Sous des voiles magiques intacts, que tout prodige à l’instant s’effectue ! Jetons nous dans la rumeur du temps, dans le roulement de l’éventuel ! Puissent alors alterner douleur et plaisir, réussite er dégoût selon qu’il se pourra. Pourvu que l’homme s’active dans sa trêve. »


Action, « au commencement était l’acte » mais n’est-ce pas ce que l’homme tente de fuir en errant ?
La crainte de la souffrance, la douleur de se retrouver face à soi-même, à la vie.
Alors vivre serait tenter le diable…les synonymes de souffrances sont châtiment, pénitence, supplice…condamnation !

Citation:
Faust « Je me consacre au délire, au plus douloureux plaisir, à la haine d’amour, à l’ennui qui réconforte. Mon sein guéri de l’appétit de savoir ne se fermera désormais à aucune douleur (…) Amasser sur ma poitrine leur bien-être et leur mal, élargir ainsi mon propre « moi » à la dimension de leur être, et comme ils le font eux-mêmes, à la fin aussi me fracasser. »

Méphistophélès « chacun apprend ce qu’il peut apprendre, mais celui qui saisit l’instant, voilà l’homme accompli »


Vivre serait donc brûler la chandelle par les deux bouts , exister uniquement serait le choix de rester factice à soi-même à examiner ce que nous ne vivons pas, observer ce que nous ne pouvons donc comprendre au travers d’études théoriques, regarder le temps qui passe par la pensée des autres, contempler sa propre ignorance , considérer l’inconsidérable en dévisageant ce qu’on ne peut apprendre , épiant , guettant la vie …
Ne serait-ce pas là la fin du savoir ?
La damnation serait donc une destruction idéale après avoir tout simplement vécu.
L’enfer, le diable, n’est peut-être que la représentation de nos profondeurs, nos peurs les plus enfouies .
_________________
C'est une perte de temps de réfléchir quand on ne sait pas penser. [Haruki Murakami]


Dernière édition par Lolitarte le Dim Nov 27, 2011 7:35 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hoël
Pygmalion


Inscrit le: 27 Juin 2011
Messages: 2319
Localisation: Great North

MessagePosté le: Sam Nov 26, 2011 11:38 pm    Sujet du message: Re: Faust de Goethe Répondre en citant

Citation:
La damnation serait donc une destruction idéale après avoir tout simplement vécu.


Elle me plait cette idée !
Ca ferait une épitaphe convenable pour ma pomme !
_________________
"Tout est dans tout et réciproquement ."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fafafa



Inscrit le: 25 Juil 2014
Messages: 10

MessagePosté le: Mar Aoû 05, 2014 7:11 am    Sujet du message: Répondre en citant

Goethe est un vieux savant et un vieux professeur, il sait tout et mais il n'est pas plus heureux qu'avant de tout savoir. C'est le début du Faust de Goethe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MaxLeLiseux



Inscrit le: 18 Sep 2017
Messages: 35
Localisation: Montréal au Québec

MessagePosté le: Jeu Sep 28, 2017 8:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'sais pas si ça serais du à mon bagage peu fourni,
De FAUST j'ai retenu que ça :

(Ne tentez pas le diable ou c'est le diable qui vous tentera)

Au final, j'ai beaucoup appris sur moi même en tisant cet pièce
et j'suis rester conquis.

Voilà, c'est pas grand chose mais j'voulais ouvertement en parler
avec des gens qui l'ont lu et partager mes pensées (et idées).

PS : C'est avec FAUST de Goethe que j'ai découvert le théatre littéraire *Very Happy*
_________________
Max LeLiseux
Pourquoi cherchez ailleurs ?
quand on peux trouver nos réponses dans la science-fiction.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Théâtre Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 132532 / 0