Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

João Guimarães Rosa

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> [Auteurs]
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
ZeBebelo



Inscrit le: 28 Juin 2022
Messages: 2

MessagePosté le: Mar Juin 28, 2022 8:32 am    Sujet du message: João Guimarães Rosa Répondre en citant

Il m'est possible de copier honteusement sa biographie wikipédia mais je préfère la faire en suivant mon inspiration du moment !

João Guimarães Rosa etait un auteur Brésilien, né au début du siècle dernier, dont la célébrité n'est plus à faire dans son pays d'origine, un peu moins dans le reste du Monde. Même si son seul et unique roman, Diadorim, apparaît dans le Top 100 du Cercle norvégien du livre que tout le monde cite comme une référence.

JGR, avant d'offrir au Monde son fabuleux Diadorim (Grande Sertão : Veredas en VO), a eu un parcours de vie que ne laissait pas présager qu'il deviendrait un grand écrivain au style unique en son genre. En effet, JGR a d'abord été médecin de campagne puis à embrasser la carrière de diplomate, notamment en Colombie, en France et en Allemagne durant la Seconde Guerre Mondiale. Ardent polyglotte et amoureux de sémantique, JGR ne pouvait que se tourner vers l'écriture !

Sont disponibles en français les oeuvres suivantes :

- Diadorim : traduit par Jean-Jacques Villard (plus disponible) et Maryvonne Lapouge-Pettorelli.

- Sagarana : recueil de nouvelles dont deux ont eu le droit à deux traductions.

- Buriti, Hautes Plaines et Les Nuits du Sertão : font partie du même recueil de nouvelles Corpo de Baile. L'ordre de publication et la répartition des nouvelles ne sont pas les mêmes que les versions brésiliennes.

- Premières Histoires : recueil de très très courtes nouvelles.

- Toutaméia : idem

- Mon Oncle le Jaguar et autres histoires : dernière traduction en date. Recueil de nouvelles dont le titre phare, Mon Oncle le Jaguar, a eu le droit à deux traductions.

Trois écrits n'ont pas encore été traduits en français.

Bien que j'ai lu deux fois tous les autres textes de JGR, je ne m'attarderai, dans un premier temps que sur son roman phare, Diadorim, que j'ai lu six fois en 4 ans (dont une fois dans la traduction de Villard que je déconseille).

Sixième lecture que j'ai achevé récemment. Sixième lecture mais toujours ce plaisir immuable à chaque page, un peu comme si chaque matin, ma dulcinée me regardait avec le regard du premier jour.
Ce sentiment est indescriptible, ce que ce roman m'inspire est inénarrable.

Livre inclassable.
C'est la raison pour laquelle on ne peut que l'aimer ou rester totalement indifférent à son pouvoir. Ce que je peux aisément concevoir puisqu'il m'a fallu plusieurs essais avant d'être happé par l'univers roséen.

Une fois aspiré dans le sertão du Minas, cher à l'auteur, on ne peut en sortir. Car c'est bien cela qu'est "Diadorim", une traversée du sertão avec toutes ces embûches, les belles et mauvaises rencontres, ces beaux et moins beaux paysages.

Comme pour une randonnée, il faut prendre son temps pour bien apprécier ce qu'on l'a sous les yeux. Riobaldo le dit si bien : "Ce que mes yeux ne voient pas aujourd'hui, il se peut que je l'endure le surlendemain". Ce n'est pas vraiment ma sixième lecture car je ne l'ai pas encore achevé. J'ai décidé de prendre mon temps pour bien appréhender chaque trésor que recèle ce long monologue. Je le picore comme un religieux picore son Livre Saint ou un poète un recueil de poésie. Je me surprends à méditer pendant de longues heures certains passages que je n'avais pas vu lors de mes précédentes lectures... "Diadorim" n'est pas un livre qui se lit d'une traite finalement.

Certainement un grand passionné de mythologie grecque et de Grèce Antique, que ce soit pour ses sources d'inspiration pour la plupart des scènes qui parsèment cette oeuvre que pour les noms de la plupart de ses personnages, Guimarães Rosa nous entraîne dans une odyssée mineira. Riobaldo étant un Ulysse Brésilien qui vivra bien malgré lui de belles aventures et qui sera obsédé par de grandes questions : peut-on vendre son âme à... rien ? Peut-on trouver un abri contre le temps passé ?

Comme le dit Vargas Llosa dans sa préface, chacun appréhende ce livre et l'interprète à sa façon. "Diadorim" est pour moi une grande aventure humaine, comme le sont l'Iliade et l'Odyssée, dont les fresques épiques touchent notre âme immortelle d'enfant rêveur. Fresques constellées de passages d'une profondeur et d'une beauté infinies.

À mon sens, il n'est pas question d'aimer ou de détester "Diadorim", il est juste question de lui laisser une chance de nous toucher au plus profond de notre conscience.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> [Auteurs] Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 276181 / 0