Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La saga des émigrants - Vilhelm Moberg

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Etrangère
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous avez aimé
Un peu
0%
 0%  [ 0 ]
Beaucoup
100%
 100%  [ 1 ]
A la folie
0%
 0%  [ 0 ]
Pas du tout
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 1

Auteur Message
shopgirl



Inscrit le: 20 Juil 2003
Messages: 761
Localisation: Montauban

MessagePosté le: Jeu Aoû 25, 2005 7:28 pm    Sujet du message: La saga des émigrants - Vilhelm Moberg Répondre en citant

La saga des émigrants - tome 4Toute une colonie suédoise vient peupler le territoire, au dépend des indiens chassés de leurs terres. La première partie de ce volume raconte l'histoire de la fondation d'une communauté, avec ses balbutiements et les inévitables conflits qui surgissent. La seconde partie du volume est consacrée au récit poignant d'un rêveur parti en quête de l'or, et qui revient avec une vision tragique de la valeur de l'homme et de ses ambitions.Ce tome m’a un peu moins passionné que le précédent. Il s’y passe moins d’événements essentiels, nous sommes dans la routine. Il n’en reste pas moins intéressant, d’autant plus que je m’attache de plus en plus aux personnages. Les deux parties rassemblées dans ce livre de poche sont, pour une fois, très différentes l’une de l’autre. Il n’y a pas vraiment de continuité et cela m’a un peu gênée. La première partie relève du quotidien, de la formation d’une communauté suédoise en Amérique – début d’une reconstitution d’église, d’une école, mise en place d’un cimétiere, etc, tout ce qui fait une civilisation. La seconde est entièrement consacrée à Robert, revenu de sa quête de l’Or. D’un côté, Moberg nous présente le personnage qu’il est devenu, méconnaissable et très mystérieux. D’un autre, il nous raconte ce qu’il a vécu durant ses quatre années d’absence. C’est intéressant de suivre la trace d’un chercheur d’or et pourtant, ses péripéties restent très prévisibles (surtout quand on connaît son caractère naïf) et c’est bien dommage pour l’attrait de la lecture (cependant, en termes de personnage, on peut constater que Robert a des réactions conformes à sa personnalité). Autant je ne m’étais pas trop attachée à lui précédemment, autant cette narration m’a permis de l’aimer. En dépit de ma légère déception générale et des rabâchages habituels de l’auteur (j’avoue : j’ai sauté des paragraphes entiers de reformulation !), cela reste une lecture intéressante qui se dévore !Livre de poche / 566 pages
Critique du tome 3 ici.
_________________
http://www.thetoietlis.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cuné



Inscrit le: 15 Sep 2004
Messages: 218

MessagePosté le: Mer Jan 18, 2006 6:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tome 4 en Editions Gaïa : Dans la forêt du Minnesota
Les voilà enfin arrivés à destination ! Tout un tome nous racontant en long, en large et en travers les mille et une choses à décider, faire, construire, pour que chacun se choisisse un coin "à lui" et s'établisse au plus vite avant le début de l'hiver.
La méthode "squatters", le voisinage des Indiens qui intriguent tout autant qu'ils font peur (l'almanach fabriqué par Robert : un régal !), la faune, la flore, l'organisation, la naissance du petit dernier et le choix d'un mari pour la Joyeuse : c'est un tome très riche et passionnant, qui nous attache fortement aux personnages, Kristina la nostalgique de sa Suède en tête.
Il se passe d'ailleurs tellement de choses qu'on ne peut que s'esclaffer lorsque Karl Oskar écrit à sa famille :
" Je n'ai rien d'importan à écrir, il ne nous est rien arrivé de particulier depuis la dernière fois."
Pour autant tout est loin d'être rose ou facile, et nous quittons nos troupes au printemps suivant leur arrivée, alors que le travail des terres va commencer.
Bien hâte de lire ça !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Cuné



Inscrit le: 15 Sep 2004
Messages: 218

MessagePosté le: Lun Jan 23, 2006 10:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

Tome 5 en Edition Gaïa : Les pionniers du lac Ki-Chi-SagaEt voilà qu'une véritable petite communauté se crée ! De nouveaux pionniers suédois s'installent, on fait connaissance, on parle de construire une école, une église, on se reçoit... La forte influence de la religion perdure, Kristina est souvent partagée entre ses convictions religieuses et son discernement personnel. La petite vie continue et au fil des années, l'installation se fait plus intense, plus épanouie, mais je regrette que les enfants soient totalement laissés au second plan, j'aurais aimé avoir des détails sur la vie de tout ce petit monde, individuellement !
En couverture des Editions Gaïa, Ulrika et son chapeau et Kristina au fichu, c'est agréable de mettre un visage sur ces deux personnages de femme qui ont su passer outre leurs conditions respectives pour nouer une solide amitié.
Un petit passage amusant aussi relatif aux émigrés irlandais :

"Il questionna Karl Oskar à leur sujet et celui-ci lui répondit que les Irlandais étaient un peuple différent des Suédois, en dehors de la couleur de leur peau. Ils étaient coléreux, toujours fâchés les uns avec les autres et avec les gens des autres pays, et aussi prompts à se battre que peu désireux de travailler. Mais l'anglais était leur langue maternelle à eux aussi, et ils n'avaient pas de mal à s'en tirer, en Amérique."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Cuné



Inscrit le: 15 Sep 2004
Messages: 218

MessagePosté le: Lun Jan 23, 2006 2:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tome 6 en Edition Gaïa : L'or et l'eauUn sixième tome aux accents déchirants, où l'on a enfin des nouvelles de Robert. C'est une silhouette métamorphosée qu'aperçoit un jour Karl Oskar, et le mutisme de ce frère revenu de sa ruée vers l'or ne va pas améliorer le peu de confiance qu'il lui accordait. Heureusement l'oreille gauche de Robert nous racontera, à nous lecteurs, toute son aventure, et c'est le coeur d'autant plus lourd que nous assisterons à la reprise de la vie commune en famille. Son épopée est tellement bouleversante, qu'on a presque peine à continuer à s'intéresser aux petits riens quotidiens de nos pionniers. Ils passent de toute façon complètement au second plan, même si on pressent que Kristina en a vraiment marre d'être si souvent enceinte et qu'elle s'use à la tâche.
Un tome qu'on referme en ayant vraiment vécu en empathie sur la California trail, assez dur...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Cuné



Inscrit le: 15 Sep 2004
Messages: 218

MessagePosté le: Jeu Jan 26, 2006 3:07 pm    Sujet du message: Les épreuves du citoyen - Vilhelm Moberg - La Saga des émigrants Répondre en citant

Tome 7 en Edition GaïaLes années passent et voici déjà 12 ans que les Nilsson sont installés en Amérique. Ils ont reçu leurs documents officiels et sont devenus des citoyens américains à part entière. Ils font l'expérience d'élire leur président, de voter pour la toute première fois. C'est d'ailleurs l'occasion de quelques anecdotes amusantes, certains pionniers se laissant griser par l'accomplissement de ce geste si chargé de sens. Mais ils font aussi l'apprentissage des devoirs inhérents à leur nouvelle condition, et quand la guerre éclate, Karl Oskar se sent obligé de répondre à l'appel de Lincoln...
Leur ferme a bien prospéré, mais le travail incessant qu'il a pour cela fallu fournir à usé notre couple. Kristina notamment, à 37 ans, en parait beaucoup plus et elle est épuisée. Le joug de sa foi ne s'est en rien relâché et elle subit énormément de pression interne, écartelée entre ses désirs profonds et ce qu'elle croit être son devoir de chrétienne. Elle découvre pourtant avec beaucoup de plaisir l'aide immense que peut apporter la technologie.
Dans ce tome en fait, maintenant que le gros de l'excitation et de l'installation est passé, on pressent la fin de notre saga et déjà le cœur se serre.
Non, je ne veux pas que ça s'arrête au 8° tome.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Cuné



Inscrit le: 15 Sep 2004
Messages: 218

MessagePosté le: Ven Fév 03, 2006 10:58 am    Sujet du message: La dernière lettre au pays natal - Vilhelm Moberg Répondre en citant

Tome 8 de La Saga des émigrantsEt voilà comment se termine cette saga, par une dernière lettre au pays natal, et quelle lettre ! Avant que Karl-Oskar ne se remémore toute son aventure depuis son enfance suédoise, il nous faudra passer par deux évènements terribles, bien que très différents. La dernière grossesse de Kristina, et la révolte des Sioux. J'avoue que ces deux éléments liés m'ont franchement remuée, je n'étais pas habituée à de telles descriptions de la part de Moberg qui restait jusqu'à lors beaucoup plus soft.
J'ai relevé deux petits épisodes amusants, d'abord ce passage :

"Il tint particulièrement à alerter ses paroissiennes : moins douées par la nature quant aux choses de l'esprit, la femme était plus facile à émouvoir et à convertir que l'homme et elle était donc une proie plus facile pour tous ceux en quête de prosélytes."
Haem haem
Et Jonas Peter qui raconte son histoire prohibée jusqu'au bout ! Incroyable ! C'est comme si le barde dans Astérix se produisait en concert à Bercy !!
Par contre la série s'achève avec beaucoup de justesse, et c'est l'esprit en paix qu'on referme la dernière page, nos adieux ont été faits dans les règles.Alors quel bilan tirer de la lecture de ces 8 précieux tomes ?
D'abord, c'est absolument un incontournable. Non, ça n'a pas été déjà vu ou lu ailleurs, c'est une page de l'histoire de la Suède, qui, si elle est romancée pour nous permettre de nous attacher aux personnages fictifs, n'en reste pas moins très documentée et explicative.
C'est aussi le point de vue des émigrés exclusivement, et à ce titre je ne crois pas qu'on puisse reprocher à Moberg sa vision par trop simpliste du sort des Indiens. Ce serait l'occasion d'un tout autre livre, on ne peut présenter objectivement des évènements quand on se place dans une optique sentimentale. Ce que je veux dire c'est que c'est un choix délibéré de sa part, je pense.
Enfin, je veux rendre hommage quand même au traducteur car ce n'était vraiment pas évident de rendre en français le dialecte anglo-suédois que baragouinent nos émigrés après des années aux USA, notamment les tournures américaines qui sont bien respectées, je trouve.

Lancez-vous, vous ne le regretterez pas !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Etrangère Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 166939 / 0