Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les vagues - Virginia Woolf

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous avez aimé
un peu
0%
 0%  [ 0 ]
beaucoup
0%
 0%  [ 0 ]
a la folie
0%
 0%  [ 0 ]
pas du tout
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 0

Auteur Message
anitak



Inscrit le: 26 Avr 2007
Messages: 44
Localisation: dans le monde des Mages

MessagePosté le: Mer Mai 02, 2007 11:48 am    Sujet du message: Les vagues - Virginia Woolf Répondre en citant

Virginia Woolf, Les Vagues, 1931.
Traduction de Marguerite Yourcenar (Livre de Poche, 286p.)

Dans ce roman, s'entrecroisent les monologues de 6 amis (3 femmes et 3 hommes). Au fil de leurs réflexions sur leur propre vie et celles des 5 autres, le lecteur découvre progressivement des fragments de leurs histoires, de la jeunesse à la maturité.

Le roman se compose de 9 sections, séparées par des interludes décrivant un paysage, une marine, où la course du soleil symbolise le temps qui passe. Dans la dernière, à l'heure où le soleil s'est couché, Bernard dresse « l'addition » : ses commentaires sur son parcours et celui de ses amis (un même personnage ?)

Les vagues représentent le temps : « chaque jour arrondit la même vague de bien être, obéit au même rythme, avance un peu plus loin sur la plage ou meurt sur le sable à l'endroit marqué» (Bernard). Le train symbolise les étapes de l'existence, tandis que les dîners illustrent la vie sociale.

Les personnages:
Jinny est la femme « amoureuse de l'amour » qui désire être admirée. Suzan, plus réservée, rêve d'une vie de famille. Rhoda, la femme « sans visage », fragile et solitaire, souhaite rester discrète. Louis, l'homme droit et rigoureux souffre de son accent australien et se sent exclu. Bernard, le romancier invente les histoires des personnes qu'il croise. Neville, le poète épris de liberté est amoureux de Perceval, le 7e personnage que l'on ne connaît que par les réflexions et descriptions de ses amis. Le drame qui le frappe à la moitié du roman bouleverse la vie des 6 autres personnages.

La préface de la traductrice :
Marguerite Yourcenar explique que Virginia Woolf rejette le sujet romanesque pour s'attacher à décrire la « biographie de l'être », plus complexe que le caractère d'un personnage façonné par les circonstances. Elle ajoute que ce roman est « une méditation sur la vie ».

Mon avis:
Virginia Woolf aborde de nombreux thèmes dans ce roman : l'amitié et l'amour, la jalousie, la haine et la solitude, la quête d'identité ou de sens, la futilité de la vie et, en même temps, cet attachement profond qui nous lie à l'existence malgré les doutes et la souffrance.

La forme du récit est originale, surprenante, mais le lecteur suit très facilement les 6 personnages qui ont chacun leur propre langage et se répondent comme en échos. Bien qu'il s'agisse de discours intérieurs, ces monologues restent très sensibles et émouvants, remplis de poésie, d'images et de métaphores ; les phrases éveillent tous les sens du lecteur, dessinent les sentiments avec toute leur force ou leur fragilité. Ces monologues gardent même une dimension intemporelle par les questions qu'ils soulèvent. Qui n'a jamais eu, à un moment ou à un autre, un petit discours intérieur ? (Essayez de rester honnêtes...)

La traduction de Marguerite Yourcenar est très belle, mais pour les puriste, j'ai trouvé le texte original en ligne

A déconseiller, cependant, aux personnes qui n'apprécient pas les métaphores, les images, les réflexions sur le temps et sur la vie...
Pour ceux qui aiment : à goûter paisiblement, si possible sans hacher la lecture (mais je sais que ce n'est pas facile, faute de temps *Wink* )

Je réalise que je n'avais jamais créer un sondage, j'espère que je n'ai pas fais de fausse manipulation *Neutral*

Aucun souci, apparemment *Wink* -- Crazy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
whiterose



Inscrit le: 20 Juil 2006
Messages: 30
Localisation: seine et marne

MessagePosté le: Mar Juil 03, 2007 2:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis en train de lire en ce moment "La traversée des apparences", et c'est vrai que le style de Virgina Woolf est assez particulier, à travers ses personnages qu'elle fait dialoguer, elle s'interroge sur l'existence, ils philosophent. le texte est rempli de métaphores.C'est le genre de roman en effet, que l'on ne doit par lire en diagonale, mais lentement pour comprendre le raisonnement, s'imprégner de ces pensées.
_________________
http://scarlettohara.wordpress.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur Yahoo Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 168649 / 0