Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Vingt mille lieues sous les mers - Jules Verne

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous avez aimé
Un peu
11%
 11%  [ 1 ]
Beaucoup
88%
 88%  [ 8 ]
A la folie
0%
 0%  [ 0 ]
Pas du tout
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 9

Auteur Message
Outremer



Inscrit le: 26 Avr 2007
Messages: 825
Localisation: France

MessagePosté le: Lun Juil 20, 2009 12:20 am    Sujet du message: Vingt mille lieues sous les mers - Jules Verne Répondre en citant

Vingt mille lieues sous les mers est l'un des romans fondateurs de l'anticipation et de la "hard science". Indubitablement l'une des 3-4 oeuvres les plus célèbres de son auteur, on pourrait la décrire comme un mélange de futurisme et d'exploration, émaillé de péripéties.

Pour résumer rapidement l'histoire, trois individus (un professeur français, son serviteur et un marin canadien) sont par accident amener à se retrouver à bord d'une machine sous-marine qui n'a aucun équivalent à l'époque, le Nautilus. Le capitaine Nemo, qui commande l'appareil, ne souhaite pas qu'ils puissent révéler son secret et compte donc en faire ses "invités" permanents, ce qu'ils à quoi ils réagissent diversement. Pendant les dix mois qui vont suivre, le Nautilus va parcourir 20.000 lieues, soit 80.000 kilomètres (avant ma lecture, je m'imaginais, n'ayant aucune idée de ce à quoi correspondait cette unité de mesure périmée, que "20.000 lieues" faisait référence à la profondeur atteinte). Le capitaine Nemo va entraîner le professeur Aronnax et ses deux compagnons à travers la moitié du Pacifique, l'Océan Indien, sous le canal de Suez (qui n'était pas encore totalement terminé à l'époque où Verne écrit), à travers la Méditerrannée, jusqu'au Pôle Sud, puis de nouveau vers l'Europe.

Il n'est pas injuste envers Verne de dire que la forme, chez lui, n'est pas à la hauteur du fond. Il semble d'ailleurs l'admettre lui-même lorsqu'il regrette, par la bouche de son narrateur, de ne pas avoir la plume de Victor Hugo pour décrire le combat de l'équipage du Nautilus contre des pieuvres géantes.
Le style sobre n'a donc rien qui saisisse particulièrement (ce qui ne signifie pas qu'il soit un obstacle actif à l'impression que produisent bien des scènes). Le récit est de plus souvent alourdi par les énumérations des innombrables habitants des mers qu'Aronnax a l'occasion d'observer. On a souvent l'impression que Jules Verne a écrit son livre avec une encyclopédie ouverte sur les genoux !

Tout cela ne diminue pas pour autant la fascination qu'inspire le Nautilus et l'exploration merveilleuse du monde sous-marin. La deuxième moitié du XIXème siècle était une époque où la science était en train d'accomplir des pas de géant (tant en ce qui concerne la connaissance que les applications pratiques), mais où le monde réservait encore d'innombrables découvertes aux audacieux. 140 ans plus tard, on ressent toujours cette attirance de l'inconnu dans les pages de Jules Verne. Il faut dire que, si la surface de notre monde nous paraît souvent ne plus réserver aucune découverte à faire, il n'en va pas de même avec l'océan, qui conserve jusqu'à aujourd'hui une bonne part de ses mystères.

Il est intéressant de noter que Verne avance (déjà !) quelques préoccupations concernant la manière dont les hommes massacrent certaines espèces maritimes. L'expansion de la présence humaine sur le globe le fascine, mais il n'ignore pas ses inconvénients (d'après ce que j'ai cru comprendre, l'amour de Verne pour la science s'est teinté de crainte au fil de sa vie ; là, nous ne sommes encore qu'au début de sa carrière).
Le livre effleure parfois des questions relatives aux droits humains (on ne dit plus "droits de l'homme", comme je ne vous l'apprend pas). Il s'agit essentiellement de la colonisation, de l'oppression et de l'exploitation auxquelles se livraient les nations européennes.

A l'exception du capitaine Nemo, les personnages ont peu de relief. Poussé par sa curiosité scientifique et les questions qu'il se pose sur le capitaine Nemo, Aronnax est un bon narrateur mais rien de plus. Ses deux compagnons ont des personnalités basiques. Quant à l'équipage du Nautilus, il est franchement transparent (pour ne pas dire invisible).

Cette faiblesse des personnages n'est pas un défaut, puisqu'elle ne concentre que davantage l'intérêt sur les véritables sujets du livre : le Nautilus, l'océan et Nemo. Ce dernier est un personnage mystérieux et complexe, qui captive presque autant la curiosité que l'univers dans lequel il évolue. Verne le met en scène de façon adroite, ne livrant au lecteur que quelques morceaux du puzzle qu'est son personnage et laissant l'imagination faire le reste (il est peut-être regrettable qu'il soit plus tard revenu sur cette approche subtile et ait déballé tous les secrets du personnage dans L'Ile Mystérieuse).

Le livre est un joli pavé et on ne peut s'empêcher de penser qu'il se porterait mieux sans des passages du genre qui suit :

Citation:
Dans l'embranchement des mollusques, il cite de nombreux pétoncles pectiniformes, des spondyles pieds-d'âne qui s'entassaient les uns sur les autres, des donaces triangulaires, des hyalles tridentées, à nageoires jaunes et à coquilles transparentes, des pleurobranches orangés, des oeufs pointillés ou semés de points verdâtres, des aplysies connues aussi sous le nom de lièvres de mer, des dolabelles, des acères charnus, des ombrelles spéciales à la Méditerranée, des oreilles de mer dont la coquille produit une nacre très recherchée, des pétoncles flammulés, des anomies que les Languedociens, dit-on, préfèrent aux huîtres, des clovis si chers aux Marseillais, des praires doubles, blanches et grasses, quelques-uns de ces clams qui abondent sur les côtes de l'Amérique du Nord et dont il se fait un débit si considérable à New York, des peignes operculaires de couleurs variées, des lithodonces enfoncées dans leurs trous et dont je goûtais fort le goût poivré, des vénéricardes sillonnées dont la coquille à sommet bombé présentait des côtes saillantes, des cynthies hérissées de tubercules écarlates, des carniaires à pointe recourbées et semblables à de légères gondoles, des féroles couronnées, des atlantes à coquilles spiraliformes, des thétys grises, tachetées de blanc et recouvertes de leur mantille frangée, des éolides semblables à de petites limaces, des cavolines rampant sur le dos, des auricules et entre autres l'auricule myosotis, à coquille ovale, des scalaires fauves, des littorines, des janthures, des cinéraires, des pétricoles, des lamellaires, des cabochons, des pandores, etc.


Si vous avez lu chaque mot, vous êtes plus patient que moi ! Je n'ai pas tardé à lire en diagonales ces énumérations qui ne contribuent en rien à l'atmosphère du livre.

Vingt mille lieues sous les mers mérite indéniablement son statut de grand classique. Il a inspiré de nombreuses adaptations et, malgré les énormes progrès scientifiques qui ont suivi, il conserve une bonne part de son pouvoir d'évocation, ...mais je pense qu'on l'apprécie d'autant mieux qu'on se permet de temps à autres de sauter quelques lignes.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
krys



Inscrit le: 14 Aoû 2003
Messages: 4459
Localisation: à l'ouest

MessagePosté le: Lun Juil 20, 2009 12:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

ça rappelle certaines énumérations de Zola, mais Zola le fait mieux, je trouve.
_________________
Fantasy can become reality (Stratovarius).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Crazy
Cannibale Lectrice


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 5820
Localisation: Physiquement : Cergy, France. Mentalement : MIA

MessagePosté le: Lun Juil 20, 2009 3:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je vais quand même déplacer en Classiques ^^
_________________
Crazy
Modératrice et Dictatrice Adjointe *Twisted Evil*
Il ne faut pas confondre ce qui est personnel et ce qui est important (Terry Pratchett)
Et maintenant, j'ai un blog
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Laria



Inscrit le: 09 Fév 2007
Messages: 1885
Localisation: Ankh-Morpok

MessagePosté le: Lun Juil 20, 2009 3:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Outremer a écrit:
Le récit est de plus souvent alourdi par les énumérations des innombrables habitants des mers qu'Aronnax a l'occasion d'observer. On a souvent l'impression que Jules Verne a écrit son livre avec une encyclopédie ouverte sur les genoux !


Très vrai. Arrive un moment où ces énumérations deviennent lassantes. J'ai un peu peiné pour finir le dernier tiers du livre. Mais quelle belle aventure ! *Smile*
_________________
Mille et un mondes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Outremer



Inscrit le: 26 Avr 2007
Messages: 825
Localisation: France

MessagePosté le: Lun Juil 20, 2009 6:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Crazy a écrit:
Je vais quand même déplacer en Classiques ^^


Le livre peut logiquement se ranger dans les deux catégories, mais j'avais choisi de le mettre dans la catégorie SF pour rappeler que le genre n'est pas apparu avec les histoires de soucoupes volantes des années 50.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Turb
Evangélisateur multiusage


Inscrit le: 26 Sep 2004
Messages: 717
Localisation: Derrière un livre

MessagePosté le: Lun Juil 20, 2009 11:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

...d'ailleurs tous les bons livres de SF sont bizarrement soustraits du genre pour aller dans les catégories classiques. Il est ainsi plus facile de rabaisser ces "sous-genres"...
_________________
En cours de lecture : Le Mythe de Sisyphe, d'Albert Camus
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Soleil*
Super Nov-A


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 5273
Localisation: deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin...

MessagePosté le: Mar Juil 21, 2009 7:57 am    Sujet du message: Répondre en citant

Turb a écrit:
...d'ailleurs tous les bons livres de SF sont bizarrement soustraits du genre pour aller dans les catégories classiques. Il est ainsi plus facile de rabaisser ces "sous-genres"...

Tout à fait d'accord. Et quand tu parles de ces livres aux gens "qui n'ont jamais lu de SF parce que c'est nul", ils reconnaissent les avoir lus (et parfois apprécié) "mais ce n'est pas vraiment de la SF"... No comment !
_________________
Il s’évanouit tout doucement à commencer par le bout de la queue,
et finissant par sa grimace qui demeura quelque temps après que le reste fut disparu.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
pacged



Inscrit le: 15 Mai 2009
Messages: 23
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu Juil 30, 2009 11:03 pm    Sujet du message: Vingt mille lieues sous les mers Répondre en citant

Quelqu'un pourrait-il expliquer pourquoi ce livre sort chez plusieurs éditeurs en même temps ? Et quelle version choisir pour un petit fils désirant le lire, prétextant qu'il est d'actualité avec les méduses qui sont en train d'envahir certaines mers.
Connaissez-vous la version Hachette dont la jaquette est celle-ci :
Merci. http://aucoeurdesmots.org
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Crazy
Cannibale Lectrice


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 5820
Localisation: Physiquement : Cergy, France. Mentalement : MIA

MessagePosté le: Ven Juil 31, 2009 11:05 am    Sujet du message: Re: Vingt mille lieues sous les mers Répondre en citant

pacged a écrit:
Quelqu'un pourrait-il expliquer pourquoi ce livre sort chez plusieurs éditeurs en même temps ?

Peut-être une question de droits/domaine public ?
Ou d'incorporation au programme scolaire ?

Citation:
Et quelle version choisir pour un petit fils désirant le lire, prétextant qu'il est d'actualité avec les méduses qui sont en train d'envahir certaines mers.

Ca dépend de l'âge du gnome ^^
Eventuellement une édition illustrée et/ou commentée (comme ça se faisait chez Folio Junior y'a une époque).
_________________
Crazy
Modératrice et Dictatrice Adjointe *Twisted Evil*
Il ne faut pas confondre ce qui est personnel et ce qui est important (Terry Pratchett)
Et maintenant, j'ai un blog
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Erestor



Inscrit le: 28 Jan 2010
Messages: 189
Localisation: Québec

MessagePosté le: Jeu Juin 23, 2011 2:56 am    Sujet du message: Répondre en citant

Une aventure incroyable qui mérite certainement qu’on s’y intéresse. On y découvre 1000 merveilles et l’inconnu nous est peu à peu dévoilé, laissant place à l’émerveillement chez le lecteur, émerveillement qui peut presque se comparer à celui qu’ont vécus les personnages du roman. On ne peut qu’imaginer ce qu’un tel roman devait représenter l’année où il fut publié pour la première fois ! On s’attache facilement à ce professeur et ses deux amis, tout comme c’est le cas avec le fabuleux capitaine Nemo, et au final c’est avec un certain sentiment de tristesse que j’ai refermé ce livre pour de bon à la toute fin...
_________________
Lecture Évasion, l'avis d'un lecteur !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Rudy



Inscrit le: 13 Nov 2010
Messages: 129
Localisation: Alsace

MessagePosté le: Mar Juil 05, 2011 9:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai lu ce livre quand j'étais gamin (il y a fort longtemps, hélas !) et je me rappelle avoir beaucoup aimé.

Il y a quelques années j'ai récupéré une édition ancienne (copie de l'édition Hetzel mais pas l'originale, dommage) et j'ai essayé de le relire mais je ne suis pas arrivé au bout.

Ca a vraiment beaucoup vieilli, et dans le fond et dans la forme.

Rudy
_________________
Vieillir est le meilleur moyen de vivre longtemps
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 149522 / 0