Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Platon

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> [Auteurs]
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Outremer



Inscrit le: 26 Avr 2007
Messages: 825
Localisation: France

MessagePosté le: Lun Oct 26, 2009 11:45 pm    Sujet du message: Platon Répondre en citant

"La plus sûre description d'ensemble de la tradition philosophique européenne est qu'elle consiste en une série d'annotations à Platon." Il n'y a rien à répondre à cela, mais ça ne nous empêche pas de discuter de la production littéraire de l'intéressé.

Platon est de loin le disciple le plus célèbre de Socrate (il a presque 30 ans lorsque celui-ci est condamné à mort). Son disciple le plus célèbre à lui est Aristote, qui s'est plus tard choisi une démarche philosophique totalement opposée. Une célèbre fresque de Raphaël, "L'école d'Athènes", les représente côte à côte dans des positions hautement symboliques : Platon pointe l'index vers le haut, signifiant sa recherche des idéaux impérissables et des grands principes, tandis qu'Aristote étend la main vers la terre, signifiant son étude minutieuse des réalités d'ici-bas.

Platon a exposé ses idées sous la forme de dialogues mettant toujours en scène Socrate (sauf Les Lois, semble-t-il). Il utilise essentiellement son maître comme porte-parole (il y a quelques dialogues où ce rôle est confié à un autre personnage) et il est donc à peu près impossible d'identifier les idées qui appartenaient effectivement à Socrate. A la lecture de l'un des premiers dialogues de Platon, Socrate se serait d'ailleurs exclamé : "Comme ce jeune homme me fait dire des choses qui ne sont pas de moi !".

Platon a traité des sujets divers, mais essentiellement complémentaires : la philosophie, le rejet du sophisme, le gouvernement politique, la vertu, l'âme, le beau, etc. On connaît son attachement aux Idées, ces concepts supérieurs qu'il représente plus purs et plus vrais que l'ensemble de la réalité perceptible. La vérité, selon lui, ne peut être atteinte que par le travail de l'intelligence (synonyme de sagesse), détachée des sens imparfaits. Dans les dialogues, celui qui possède la sagesse procède par logique et par questionnement pour amener celui qui ne la possède pas sur le chemin de la vérité.

D'un point de vue littéraire, les dialogues offrent une lecture plus aérée et vivante que ne le serait une démonstration philosophique classique. Cela ne signifie pas qu'ils soient pour autant tout à fait satisfaisants : ils procèdent souvent avec lenteur et de nombreux méandres, parfois jusqu'au point où on ne se souvient plus bien de ce qu'était le sujet de départ. De plus, même si les conclusions de Platon sont extrêmement riches, tous les éléments de ses raisonnements ne sont pas nécessairement imperméables à la critique. Ses interlocuteurs acceptent parfois des affirmations alors que le lecteur moderne leur trouve des contestations possibles (qu'il est bien incapable de faire valoir à Platon, évidemment). De manière générale, les interlocuteurs ne remplissent pas toujours très bien leur rôle de mettre à l'épreuve le raisonnement de Platon (beaucoup de leurs répliques ont d'ailleurs tendance à être dans le genre "Oui", "C'est indiscutable", "Cela paraît certain", etc.).

L'un des intérêts des dialogues de notre point de vue est la représentation qu'ils nous offrent des débats d'idées à l'époque. Les penseurs grecs se posaient des questions fondamentales sur la composition, les principes et le fonctionnement de ce qui existe. Il faut cependant admettre que leurs théories et les réfutations de celles-ci ne présentent pas toujours un intérêt flamboyant 25 siècles plus tard. Lorsque les dialogues entreprennent de sodomiser les diptères sur la nature de l'autre, du même, de l'un et du multiple, ou encore sur la manière dont cohabitent les quatre éléments, on peut, je pense, excuser le lecteur moderne de lire certains pages en diagonale.

Pour le lecteur qui aimerait goûter à la riche pensée de Platon, il y a donc un risque de tomber sur une oeuvre qui ne lui apportera pas grand-chose d'intéressant. En toute simplicité iconoclaste, voici donc mes opinions et recommandations (notez que je suis encore loin d'avoir tout lu de Platon ; je n'ai pas encore eu l'occasion de mettre la main sur le Phèdre, Les Lois et les diverses "oeuvres de jeunesse").

Protagoras : Protagoras était l'un des sophistes les plus célèbres de l'époque et il était donc normal que Platon le fasse dialoguer avec Socrate (devinez qui a le dessus !). Le dialogue porte sur le métier de sophiste, puis sur la nature de la vertu. C'est un classique, qui n'est pas rébarbatif, mais n'est pas nécessairement l'un de ceux qui intéressera le plus le lecteur.

Gorgias : Gorgias est l'autre sophiste célèbre que met en scène Platon (mais il n'est cette fois pas le seul à disputer contre Socrate). Après avoir également porté sur le métier de sophiste, le dialogue porte cette fois sur la justice (dont Platon, comme on peut s'en douter, fait une valeur fondamentale). Un dialogue intéressant, sur un sujet moral essentiel.

Euthydème : Encore un dialogue qui met en scène des sophistes, mais celui-ci est d'une veine fortement comique (avouez que vous ignoriez que Platon donnait parfois dans l'humour !). La méthode rhétorique des sophistes y est poussée jusqu'à sa caricature extrême, avec moult absurdités. Un dialogue sympathique, mais pas à lire en premier.

Ménéxène : Ce dialogue-là est essentiellement un discours : Socrate y improvise (de manière assez satirique) un discours funèbre comme on en prononçait à l'époque pour les morts au combat. C'est très bref et ça se lit sans peine, mais ça n'est pas essentiel.

Ménon : La question est cette fois de savoir si la vertu peut s'enseigner. Ce n'est pas un dialogue rébarbatif, mais ce n'est pas non plus l'un de ceux qui m'ont le plus passionné.

Cratyle : J'ai rapidement abandonné ce dialogue-là, qui porte sur la justesse et la signification des noms. Ne maîtrisant aucunement le grec ancien, il ne me semblait pas pouvoir suivre avec intérêt les idées de Platon.

Parménide : Ce dialogue commence de manière intéressante : Socrate y apparaît cette fois dans son jeune âge, confronté au penseur Parménide, qui le fait réfléchir aux idées qu'il commence à élaborer. Malheureusement, l'essentiel du texte est un monument abstrus, au cours duquel Parménide démontre tout et son contraire sur la nature de l'un. A fuir.

Théétète : Le sujet est la science. Le jeune Théétète est questionné par Socrate, qui réfute successivement ses conceptions de la science. Ce n'est pas un mauvais dialogue, mais il est un peu contrariant qu'il n'aboutisse à aucune conclusion sur la science, ayant seulement exposé ce qu'elle n'est pas.

Le Sophiste : Ce dialogue se déroule le lendemain du Théétète et c'est cette fois un philosophe étranger (dont le nom ne sera jamais donné) qui expose les idées de Platon, Socrate n'étant qu'un spectateur. Le dialogue procède de manière très méthodique pour établir la nature exacte du sophiste. Comme les sophistes d'aujourd'hui sont assez différents de ceux de l'époque, ce n'est pas un ouvrage essentiel.

Le Politique : La continuation du précédent, mais il s'agit cette fois de déterminer la nature de l'homme politique, ce qui se révèle plus intéressant.

Philèbe : Le dialogue porte sur le fait de savoir ce qu'est une bonne vie et notamment si les plaisirs valent mieux que l'intelligence et la sagesse. C'est un dialogue intéressant, dont le sujet est étudié de manière extensive.

Timée : Le Timée est surtout célèbre parce que c'est là que Platon mentionne pour la première fois l'Atlantide. Mais l'essentiel du dialogue est le discours de Timée à Socrate sur la nature et le fonctionnement de l'univers et de l'homme, ce qui est très peu passionnant de notre point de vue.

Critias : La suite du précédent. On a cette fois droit au discours de Critias, qui revient sur l'Atlantide et la détaille bien davantage. Le dialogue a malheureusement été laissé inachevé (il doit manquer au moins les trois quarts de ce que prévoyait Platon).

L'Apologie de Socrate : Cette fois-ci, il ne s'agissait pas pour Platon d'exposer ses idées, mais simplement de rendre justice à son maître. La forme n'est pas celle d'un dialogue mais de trois discours tenus par Socrate devant le tribunal qui le juge. Il se défend des accusations de corrompre la jeunesse et expose la vocation philosophique qui a présidé à sa vie : aider les autres à parvenir sur la voie de la sagesse et du bien.

Criton : Ce dialogue se déroule dans la prison où Socrate est retenu, peu de temps avant son exécution. Un ami, Criton, vient l'inciter à s'enfuir. Socrate refuse, à la fois par respect pour les lois et pour ne pas détruire, en manquant soudain de fermeté, la crédibilité de son enseignement.

Phédon : Ce dialogue se déroule au moment de l'exécution : Socrate, au moment de mourir, y expose à ses amis ses raisons de croire à l'immortalité de l'âme et de ne pas craindre la mort. Le Phédon s'achève lorsqu'il boit la ciguë et cesse de vivre. Ces trois oeuvres sont intéressantes, faciles à lire et ont une dimension très touchante en décrivant la manière digne dont Socrate fait face à la mort. C'est un bon choix si on veut s'essayer à Platon.

La République : C'est à ma connaissance l'oeuvre la plus longue de Platon. Elle aborde des sujets divers et complémentaires (c'est notamment là qu'on trouve la fameuse caverne de Platon), mais son thème principal est d'ordre politique : il s'agit de savoir ce que serait la Cité idéale. Le système qu'elle expose est aussi idéaliste que révolutionnaire (Aristote, dans sa Politique, la critique de toutes les manières imaginables). Il s'attache à vrai dire assez peu au "bas peuple" et surtout à la classe des gardiens (dirigeants et soldats), qui doit mener une existence de philosophe, détachés des biens et de la propriété. Platon, communiste avant l'heure ? Certaines de ses propositions font imaginer une sorte de totalitarisme éclairé, qui n'est pas plus facile à admettre aujourd'hui que ce ne devait l'être à l'époque. La République est une lecture très intéressante, mais elle nécessite de la patience de la part du lecteur.

Le Banquet : L'atmosphère du Banquet est aussi festive que le laisse supposer son titre, ce qui le rend notablement différent des autres oeuvres de Platon. Plutôt que de simplement s'enivrer, les participants au banquet ont décidé de débattre de l'amour. Tour à tour, en finissant par Socrate, ils vont exposer la manière dont ils se le représentent. C'est une oeuvre très plaisante et intéressante, qui se lit sans peine (même si les dialogues sont - volontairement - de qualités inégales). Encore un bon choix si on veut s'essayer à Platon.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
aurele



Inscrit le: 08 Juin 2005
Messages: 278

MessagePosté le: Lun Fév 20, 2012 12:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai lu La République avant mon entrée en hypokhâgne quasiment intégralement. Cela m'avait énormément intéressé. En hypokhâgne, j'ai lu le Ménon et cela m'avait moins intéressé. Je connais évidemment des extraits d'autres dialogues, notamment Gorgias, Protagoras, Critias et Le Banquet. J'ai l'intention de lire en entier Gorgias et Le Banquet en particulier. Je me les procurerai dans l'édition GF Flammarion individuelle de ces deux dialogues qui est celle dans laquelle j'ai La République et le Ménon.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> [Auteurs] Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 168648 / 0