Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Émile Nelligan

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> [Auteurs]
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Avez-vous déjà entendu parler d'Émile Nelligan ?
Oui
33%
 33%  [ 1 ]
Non, jamais.
66%
 66%  [ 2 ]
Total des votes : 3

Auteur Message
Fleur-de-Lys



Inscrit le: 27 Nov 2011
Messages: 4
Localisation: En haut des pays d'en haut, Québec

MessagePosté le: Dim Nov 27, 2011 5:51 am    Sujet du message: Émile Nelligan Répondre en citant


Je suis nouvelle sur ce forum, et voilà que je vous partage mon poète préféré. Émile Nelligan.

Notre poète québécois le plus connu, qui à 19 ans avait atteint le sommet de sa gloire avant d'être interné par sa famille... Il le restera toute sa vie et mourrut dans l'oubli...

D'une grande sensibilité, il m'a tellement toucher la première fois que je l'ai lue que j'en suis toujours marquée...

La Romance du Vin

Tout se mêle en un vif éclat de gaieté verte.
Ô le beau soir de mai. Tous les oiseaux en choeur,
Ainsi que les espoirs naguères à mon coeur,
Modulent leur prélude à ma croisée ouverte.

Ô le beau soir de mai, le joyeux soir de mai!
Un orgue au loin éclate en froides mélopées;
Et les rayons ainsi que de pourpres épées,
Percent le coeur du jour qui se meurt parfumé.

Je suis gai! je suis gai! Dans le cristal qui chante,
Verse, verse le vin! verse encore et toujours,
Que je puisse oublier la tristesse des jours,
Dans le dédain que j'ai de la foule méchante!

Je suis gai! je suis gai! Vive le vin et l'Art!...
J'ai le rêve de faire aussi des vers célèbres,
Des vers qui gémiront les musiques funèbres
Des vents d'automne au loin passant dans le brouillard.

C'est le règne du rire amer et de la rage
De se savoir poète et l'objet du mépris,
De se savoir un coeur et de n'être compris
Que par le clair de lune et les grands soirs d'orages!

Femmes! je bois à vous qui riez du chemin
Où l'Idéal m'appelle en ouvrant ses bras roses;
Je bois à vous surtout, hommes aux fronts moroses
Qui dédaignez ma vie et repoussez ma main!

Pendant que tout l'azur s'étoile dans la gloire,
Et qu'un hymne s'entonneau renouveau doré,
Sur le jour expirant je n'ai donc pas pleuré,
Moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire!

Je suis gai! je suis gai! Vive le soir de mai!
Je suis follement gai, sans être pourtant ivre!...
Serait-ce que je suis enfin heureux de vivre;
Enfin mon coeur est-il guéri d'avoir aimé?

Les cloches ont chanté; le vent du soir odore...
Et pendant que le vin ruisselle à joyeux flots,
Je suis si gai, si gai, dans mon rire sonore,
Oh! si, que j'ai peur d'éclater en sanglots!
[img][/img]
_________________
« Si alors un enfant vient à vous, s'il rit et s'il a des cheveux d'or, s'il ne répond pas quand on l'interroge, vous devinerez bien qui il est. Alors soyez gentils ! Ne me laissez pas tellement triste : écrivez-moi vite qu'il est revenu... » Saint-Exupéry
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lily cocci
Chanteuse livresque


Inscrit le: 19 Fév 2008
Messages: 2258
Localisation: ouest

MessagePosté le: Dim Nov 27, 2011 9:18 am    Sujet du message: Répondre en citant

bonjour Fleur de lys et bienvenue sur ce forum outre atlantique. *Very Happy*

j'aime beaucoup ce texte et tout particulièrement l'avant dernière strophe où l'on sent une pointe d'espoir.

n'hésite pas à nous faire découvrir d'autres écrivains québécois et à nous parler de toutes tes autres lectures.

le forum de présentation des membres (ici) est un bon début. *Very Happy*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1199
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Nov 29, 2011 12:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

Incroyable, du nouveau sur le forum Poésie ! Nous ne sommes pas seuls dans l'univers *Smile*

Je ne connaissais pas non plus ce poète, et ce texte m'a beaucoup plu aussi : merci pour la découverte ! Je me demande s'il est trouvable en France... Je vais voir ça.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Fleur-de-Lys



Inscrit le: 27 Nov 2011
Messages: 4
Localisation: En haut des pays d'en haut, Québec

MessagePosté le: Mar Nov 29, 2011 1:55 am    Sujet du message: Répondre en citant

Contente que ca vous plaise.

Je vous laisse aussi 2 autres poèmes. Le premier est un de ses plus connu, et le second un de mes préféré, quoi que très sombre et triste.

Le Vaisseau d'Or

Ce fut un grand Vaisseau taillé dans l’or massif :
Ses mâts touchaient l’azur, sur des mers inconnues ;
La Cyprine d’amour, cheveux épars, chairs nues
S’étalait à sa proue, au soleil excessif.

Mais il vint une nuit frapper le grand écueil
Dans l’Océan trompeur où chantait la Sirène,
Et le naufrage horrible inclina sa carène
Aux profondeurs du Gouffre, immuable cercueil.

Ce fut un Vaisseau d’Or, dont les flancs diaphanes
Révélaient des trésors que les marins profanes,
Dégoût, Haine et Névrose, entre eux ont disputés.

Que reste-t-il de lui dans la tempête brève ?
Qu’est devenu mon cœur, navire déserté ?
Hélas ! Il a sombré dans l’abîme du Rêve !




Tristesse Blanche

Et nos cœurs sont profonds et vides comme un gouffre,
Ma chère, allons-nous-en, tu souffres et je souffre.

Fuyons vers le castel de nos Idéals blanc,
Oui, fuyons la Matière aux yeux ensorcelants.

Aux plages de Thule, vers l'île des Mensonges,
Sur la nef des vingt ans fuyons somme des songes.

Il est un pays d'or plein de lieds et d'oiseaux
Nous dormirons tous deux aux frais lits des roseaux.

Nous nous reposerons des intimes désastres,
Dans des rythmes de flûte, à la vase des astres.

Fuyons vers le château de nos Idéals blancs,
Oh ! fuyons la Matière aux yeux ensorcelants.

Veux-tu mourir, dis moi ? Tu souffres et je souffre,
Et nos cœurs sont profonds et vides comme en gouffre.
_________________
« Si alors un enfant vient à vous, s'il rit et s'il a des cheveux d'or, s'il ne répond pas quand on l'interroge, vous devinerez bien qui il est. Alors soyez gentils ! Ne me laissez pas tellement triste : écrivez-moi vite qu'il est revenu... » Saint-Exupéry
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Crazy
Cannibale Lectrice


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 5927
Localisation: Physiquement : Cergy, France. Mentalement : MIA

MessagePosté le: Mer Nov 30, 2011 1:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je déplace en Auteurs, du coup *Smile*
_________________
Crazy
Modératrice et Dictatrice Adjointe *Twisted Evil*
Il ne faut pas confondre ce qui est personnel et ce qui est important (Terry Pratchett)
J'ai un blog, et maintenant, j'ai publié un roman
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fleur-de-Lys



Inscrit le: 27 Nov 2011
Messages: 4
Localisation: En haut des pays d'en haut, Québec

MessagePosté le: Ven Déc 02, 2011 5:19 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ben en fait le sujet traite quand même de sa poésie. :P
C.est qu'il fut interné avant de pouvoir publier un recueil avec un nom.
_________________
« Si alors un enfant vient à vous, s'il rit et s'il a des cheveux d'or, s'il ne répond pas quand on l'interroge, vous devinerez bien qui il est. Alors soyez gentils ! Ne me laissez pas tellement triste : écrivez-moi vite qu'il est revenu... » Saint-Exupéry
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Diane



Inscrit le: 15 Jan 2012
Messages: 3
Localisation: Québec

MessagePosté le: Lun Jan 16, 2012 1:29 am    Sujet du message: Répondre en citant

Après les 30 cm. de neige avant-hier je pensais à ce petit poème que j'affectionne beaucoup et qui est peut-être le plus connu des écrits de Nelligan:



Ah comme la neige a neigé
Ma vitre est un jardin de givre
Ah comme la neige a neigé
Qu'est-ce que le spasme de vivre
Ah la douleur que j'ai que j'ai!

Tous les étangs gisent gelés
Mon âme est noire où vis-je où vais-je
Tous mes espoirs gisent gelés
Je suis la nouvelle Norvège
D'où les blonds ciels s'en sont allés.

Pleurez oiseaux de février
Au sinistre frisson des choses
Pleurez oiseaux de février
Pleurez mes pleurs pleurez mes roses
Aux branches du genévrier.

Ah comme la neige a neigé
Ma vitre est un jardin de givre
Ah comme la neige a neigé
Qu'est-ce que le spasme de vivre
Ah tout l'ennui que j'ai que j'ai.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> [Auteurs] Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 170445 / 0