Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les Faux-monnayeurs - Gide

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Vous avez aimé
Un peu
0%
 0%  [ 0 ]
Beaucoup
75%
 75%  [ 3 ]
A la folie
25%
 25%  [ 1 ]
Pas du tout
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 4

Auteur Message
aurele



Inscrit le: 08 Juin 2005
Messages: 278

MessagePosté le: Lun Déc 14, 2009 2:47 pm    Sujet du message: Les Faux-monnayeurs - Gide Répondre en citant

C'est un roman qui m'a énormément plus par la multiplicité de ses points de vue, des personnages ayant un caractère fort ou étant tout simplement touchants, d'autres qu'on déteste. La multiplicité des histoires m'a plu. On ne se lasse pas de ce roman grâce à cela mais pas seulement car l'écriture de Gide est très belle, épurée, sensible, intéressante. La fin du roman est vraiment amère et poignante. Le procédé de la mise en abime c'est à dire du roman dans le roman est intéressant. Le personnage d'Edouard est un de mes préférés. Un très grand roman du XXe siècle que je recommande à tout le monde.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Turb
Evangélisateur multiusage


Inscrit le: 26 Sep 2004
Messages: 717
Localisation: Derrière un livre

MessagePosté le: Lun Déc 14, 2009 3:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est l'un de mes romans préférés, mais je me demande s'il n'y a pas déjà un fil dessus. Sinon je détaillerai *Wink*
_________________
En cours de lecture : Le Mythe de Sisyphe, d'Albert Camus
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Crazy
Cannibale Lectrice


Inscrit le: 30 Juin 2004
Messages: 5920
Localisation: Physiquement : Cergy, France. Mentalement : MIA

MessagePosté le: Lun Déc 14, 2009 8:40 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Turb a écrit:
je me demande s'il n'y a pas déjà un fil dessus.

Pas trouvé en tout cas ^^
_________________
Crazy
Modératrice et Dictatrice Adjointe *Twisted Evil*
Il ne faut pas confondre ce qui est personnel et ce qui est important (Terry Pratchett)
J'ai un blog, et maintenant, j'ai publié un roman
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
aurele



Inscrit le: 08 Juin 2005
Messages: 278

MessagePosté le: Lun Déc 14, 2009 10:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Crazy a écrit:
Pas trouvé en tout cas ^^


Si j'ai créé ce topic, c'est parce que j'ai cherché et que j'en ai pas trouvé d'autre. J'ai cherché et je n'avais trouvé qu'un topic sur La Symphonie Pastorale mais c'est tout.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Flora



Inscrit le: 12 Sep 2010
Messages: 50

MessagePosté le: Mer Fév 16, 2011 12:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je découvre Gide avec ce roman, je n'avais rien lu de lui jusqu'à présent. Je crois que je suis entrée dans le livre dès le premier chapitre, ce qui n'est pas chose si courante, et je ne me suis jamais lassée.
La plume de Gide ne ressemble à rien de ce que j'ai déjà lu, elle est à part et intéressante. On peut se demander si c'est sa voix qu'il prête au narrateur.

Si vous avez lu d'autres oeuvres de Gide, peut-être pourriez-vous m'éclairer, j'ai trouvé l'univers de ce roman très masculin et je me demandais s'il en était de même pour ses autres livres?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tybalt



Inscrit le: 19 Mar 2007
Messages: 1197
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Oct 20, 2012 12:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je l'ai terminé il y a quelques jours. J'en suis ressorti un peu sceptique. Je ne peux pas dire que "je n'ai pas aimé", mais je n'ai pas été très convaincu non plus. En plus, je n'ai pas arrêté de changer d'avis au fil de la lecture (ce qui ne m'arrive pas si souvent)...
Le début m'a captivé tout de suite : j'avais déjà lu Gide et j'admire son style, ou plutôt sa variété de styles, toujours soignés. Là, la narration est alerte, les personnages et leurs relations sont plantés en quelques lignes, on plonge tout de suite dans l'histoire.
Mais dans la suite, mon enthousiasme est retombé. Peut-être à cause des personnages, auxquels j'avais parfois du mal à m'intéresser (il n'y a vraiment que Bernard et Olivier qui se détachent du lot, et encore). Mais j'ai aussi été un peu agacé par tout l'aspect "méta" : dans Les Faux-Monnayeurs, il y a un écrivain qui veut écrire un roman appelé Les Faux-Monnayeurs, et qui fait tout un tas de réflexions sur ce que Doit Être le Roman, sur ce qu'est l'Auteur, sur l'Ecriture, etc. Du coup, on distingue mal ce qui est à rapporter au point de vue du personnage de ce qui peut exprimer la pensée de Gide sur le roman, et j'avais l'impression de lire un livre qui passait son temps à expliquer comment il devrait être fait... ce qui tournait un peu en rond.
Il y a aussi l'univers - comme souvent chez Gide - très influencé par une culture chrétienne pétrie de morale, qu'il problématise mais sans jamais se libérer d'une espèce de carcan qu'on sent peser dans tout ce que j'ai lu de lui pour le moment. Ça, c'est quelque chose que je connaissais déjà et que j'accepte mieux, c'est juste que, selon l'humeur, je m'y acclimate plus ou moins bien le temps de la lecture... et là, je suppose qu'au cinquième Gide, ça commençait à faire un peu beaucoup.

L'histoire m'a plus ou moins captivé selon les moments. La séquence de la découverte de Passavant et de Lilian n'est pas mal, quoique un peu archétypique (le comte perverti et la fausse méchante au grand coeur). Tout le voyage en Suisse m'a barbé. Le petit Boris n'est qu'un enjeu creux, qui pourrait vaguement prendre vie si on avait plus de temps pour se placer de son point de vue (mais on n'en a pas). Curieusement, après le retour de Suisse, ça allait beaucoup mieux... mais la toute fin m'a de nouveau déçu.

A vrai dire, ce que j'ai trouvé passionnant et vraiment réussi, ce sont les relations entre les amis, Bernard, Olivier, Vincent et Edouard. Il y a une recherche psychologique intéressante, les personnages sont vraiment vivants, pas parfaits, juste assez ordinaires. Mais il y a tout un tas d'autres sous-intrigues qui avaient l'air de n'avoir ni queue ni tête. Edouard parle à un moment donné d'écrire "une tranche de vie" etc., et on sent bien que Gide parle un peu dans ces momentss-là (même si je n'ai pas encore pris le temps de me renseigner sur la genèse de ce roman, l'ayant lu dans une vieille édition sans intro ou notes). Peut-être qu'il y réussit trop bien : on a l'impression qu'il n'y a pas vraiment de début ou de fin, ni d'enjeu global, ni de raison pour laquelle on s'intéresse à tel et tel personnage et pas aux autres.
C'est une tentative ambitieuse et intéressante, ça, c'est sûr, mais je n'arrive pas à voir ce qu'il a voulu faire, et encore moins si ça marche vraiment *Neutral*

Flora a écrit:
Si vous avez lu d'autres oeuvres de Gide, peut-être pourriez-vous m'éclairer, j'ai trouvé l'univers de ce roman très masculin et je me demandais s'il en était de même pour ses autres livres?


(Oui, il n'y a pas tellement de personnages féminins dans le roman, et toujours un côté "sainte martyre"/"jeune dévergondée" moyennement réussi à mon goût.)
A l'échelle de son oeuvre, je ne sais pas trop... dans mon souvenir, "La Porte étroite" ou "Les Caves du Vatican" ont aussi des personnages féminins. "Si le grain ne meurt" est sans doute un cas à part, mais compte pas mal de figures féminines si je me souviens bien.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Turb
Evangélisateur multiusage


Inscrit le: 26 Sep 2004
Messages: 717
Localisation: Derrière un livre

MessagePosté le: Sam Oct 20, 2012 1:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Mais j'ai aussi été un peu agacé par tout l'aspect "méta" : dans Les Faux-Monnayeurs, il y a un écrivain qui veut écrire un roman appelé Les Faux-Monnayeurs, et qui fait tout un tas de réflexions sur ce que Doit Être le Roman, sur ce qu'est l'Auteur, sur l'Ecriture, etc. Du coup, on distingue mal ce qui est à rapporter au point de vue du personnage de ce qui peut exprimer la pensée de Gide sur le roman, et j'avais l'impression de lire un livre qui passait son temps à expliquer comment il devrait être fait... ce qui tournait un peu en rond.
C'est justement ce que j'ai adoré dans ce livre. On voit là que Gide est très influencé par Nietzsche et son éternel retour. La mise en abyme, qui se complète à la fin m'a surpris, je l'avoue. Je dis ça de mémoire ; il faut que je le relise.
_________________
En cours de lecture : Le Mythe de Sisyphe, d'Albert Camus
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> Littérature Classique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 169191 / 0