Le Coin des Lecteurs Index du Forum
Forum des dévoreurs de livres

Ce forum n'est pas un espace publicitaire
Contactez nous à equipe @ coindeslecteurs.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le plagiat

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> A vous la parole
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Toonnette
Reine des Damnés


Inscrit le: 05 Juil 2004
Messages: 1825
Localisation: Nancy/Paris/

MessagePosté le: Ven Jan 07, 2011 3:44 pm    Sujet du message: Le plagiat Répondre en citant

Deux affaires de plagiats font débat actuellement.

Houellebecq qui recopie des articles entiers de Wikipedia dans son dernier ouvrage, et PPDA qui pille allégrement le boulot d'autres personnes sans les citer dans ses sources pour écrire une biographie d'Hemingway.

Pour Houellebecq, des petits malins se sont dit que, comme il avait recopié Wikipedia, son bouquin découlait automatiquement de la licence Creative Common et ont mis l'ouvrage à disposition gratuitement sous forme de PDF sur le net (pour comprendre ce qu'est cette licence, jetez un coup d'oeil ici : La licence Creative Common). Râlage de la maison d'édition
et Maître Eolas se fend d'un billet expliquant les tenants et les aboutissants de l'affaire (surtout du point de vue strictement légal, sans entrer dans un débat de fond sur : le plagiat est ce bien ou mal ?

Pour PPDA c'est encore plus drôle. L'Express met en ligne il y a quelques jours un article pointant du doigt le plagiat flagrant d'une biographie parue en 1985, quasiment introuvable aujourd'hui.

Le 4 janvier, l'Express publiait (clic pour accéder à l'article directement sur le site du journal)

Citation:
Patrick Plagiat d'Arvor

Il est plutôt rare, en matière de biographie, que le nom de l'auteur figure en caractères plus visibles que celui du "portraituré". C'est pourtant l'honneur fait à Patrick Poivre d'Arvor pour la volumineuse biographie (414 pages) de Hemingway, qu'il publie, le 19 janvier, à l'occasion du cinquantenaire de la mort de l'écrivain américain, disparu en 1961. Après tout, justifie le communiqué envoyé à la presse par l'éditeur, Arthaud, "Patrick Poivre d'Arvor livre ici une vision très personnelle" de l'auteur du Vieil Homme et la mer. En fait de "vision très personnelle", L'Express peut révéler que l'ancien présentateur du 20 Heures a plagié une biographie signée Peter Griffin, parue aux Etats-Unis, en 1985, aux éditions Oxford University Press. Traduite en France, chez Gallimard, en 1989, elle est aujourd'hui quasiment introuvable en librairie. PPDA, lui, en a déniché un exemplaire. PPDA, comme Patrick Plagiat d'Arvor.

Les "emprunts" opérés par le journaliste-écrivain sont manifestes, massifs, et comme portés par un étonnant sentiment d'impunité. Selon notre enquête, ce sont près de 100 pages de son Hemingway, la vie jusqu'à l'excès qui sont directement inspirées de l'ouvrage de Griffin, sans qu'aucuns guillemets le signalent. Des dizaines et des dizaines de paragraphes s'apparentent à des "copier-coller", souvent grossièrement maquillés par des inversions de phrases ou l'usage effréné de synonymes (voir fac-similés). On s'amusera de voir le "lait condensé" de Griffin devenir du "lait concentré" sous la plume de PPDA, un "maréchal-ferrant" se transformer en "forgeron" et l'"opulente chevelure auburn ramassée en chignon" de la future épouse de Hemingway se muer en "beaux cheveux auburn ramenés en chignon"... Mais on pourrait citer des centaines d'autres exemples.



Une bibliographie qui n'est qu'un leurre

Contacté par L'Express, Patrick Poivre d'Arvor assure : "J'ai passé un an et demi à écrire ce livre et trouve très désobligeant ce soupçon de plagiat. Je me suis naturellement documenté auprès des nombreuses biographies existantes, au nombre desquelles celle de Griffin me semble la meilleure sur le jeune Hemingway. Mais je n'allais pas lui réinventer une vie !" Or, justement, il existe autant de manières de raconter la vie de l'écrivain américain que de biographes, comme suffit à le prouver la lecture des deux ouvrages de référence, "le" Carlos Baker (en deux volumes) et "le" Jeffrey Meyers, tous deux très différents du Griffin.


Archives, entretiens : aucune source directe n'est mentionnée

PPDA, lui, travaille plus vite. Contrairement à l'usage en vigueur chez tout biographe, l'ancienne star de TF 1 ne mentionne aucune source directe : ni archive consultée - un important fonds Hemingway est conservé à la John F. Kennedy Presidential Library, à Boston - ni entretien avec des témoins ou des spécialistes
...


La seule réponse de PPDA a été grosso modo que les journalistes n'avaient eu accès qu'à une version de travail, que le bouquin définitif ne serait pas celui qu'ils ont eu entre les mains (hmm à quoi ça sert alors de filer un truc qui ne ressemble pas au produit final ?), bref que c'est n'importe quoi et que c'est pas sa faute puisque c'est pas lui mais sa maison d'édition qui a fait la bourde.

Là, l'Express en remet une couche (clic pour tout lire encore une fois)

Citation:
Ainsi donc, si l'on en croit le communiqué publié, le 5 janvier, par les éditions Arthaud, la biographie d'Hemingway, signée Patrick Poivre d'Arvor et imprimée à 20 000 exemplaires, n'aurait été qu'une "version de travail provisoire". Une mauvaise version s'apparentant, selon les aveux, dans Le Monde, de la propre éditrice de l'ancien présentateur du 20 heures, à une "paraphrase grossière" de la biographie de l'Américain Peter Griffin.

Il faut bien le dire, cette défense technique, invoquant une erreur d'aiguillage informatique, ne convainc guère. Même le New York Times, qui en fait écho, n'y croit pas. Reprenons chronologiquement : dans les tout premiers jours de décembre, L'Express reçoit ce que l'on appelle, dans le jargon de l'édition, les "épreuves reliées" du livre de PPDA, dont la sortie a été fixée au 19 janvier. Ces "épreuves", qui ont toutes les apparences du livre définitif (y compris sa couverture), permettent aux journalistes de lire les ouvrages avant leur parution.

...

A L'Express, nous avons donc travaillé sur la version imprimée et dédicacée par l'auteur. Intrigués par la précision à l'"anglo-saxonne" du livre, en contradiction avec un certain flou sur les sources citées dans la bibliographie, nous avons décidé de rechercher - chez des libraires d'occasion, sur ebay, sur des sites spécialisés... - toutes les biographies d'Hemingway publiées en français, ainsi que quelques-unes en anglais. En les comparant avec la biographie signée Patrick Poivre d'Arvor, nous avons découvert les parentés criantes avec l'ouvrage de Peter Griffin.

...


Bref, PPDA s'enfonce et comme d'habitude refuse de l'avouer.

Le plagiat semble être à la mode. J'avoue que dans le cas de PPDA, ça a surtout le mérite de me faire rire, surtout quand les journalistes annoncent qu'ils ont bossés sur un ouvrage dédicacé par "l'auteur" lui même.

Et vous, qu'en pensez vous ?
_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux
Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Toonnette
Reine des Damnés


Inscrit le: 05 Juil 2004
Messages: 1825
Localisation: Nancy/Paris/

MessagePosté le: Ven Jan 07, 2011 4:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques autres liens qui couvrent cette actu :

- Sur Rue89 : Derrière le plagiat de PPDA, la décadence de l'édition

- Arrêt du Image : Le groupe Flammarion "couvre" le plagiat de PPDA
Risée (presque) générale des humoristes et de la presse

- Le Monde
_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux
Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Mika



Inscrit le: 07 Déc 2010
Messages: 473
Localisation: Loir et Cher

MessagePosté le: Ven Jan 07, 2011 5:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ça me rappelle furieusement une interview exclusive donnée par Fidel Castro, je crois.

S'approprier le travail ou les réalisations en faisant croire qu'on en est l'auteur est assez méprisable. C'est s'attribuer un mérite que, par définition, on ne mérite pas.

Sans vouloir me lancer dans une envolée politique, peut être est ce là une des dérives de la logique marchande sur l'éthique.
Je m'explique.

Dans une logique marchande, seuls les implications monétaires sont importantes.
Du point de vue de la biographie plagiée, comme il est dit précédemment, elle était introuvable. Il est fort peu probable qu'un retirage ait été prévu. L'auteur et l'éditeur en ont tiré, monétairement, tout ce qu'ils pouvaient en tirer. Le plagieur (j'hésite à dire plagiste tant la connotation travail de bord de plage s'impose à moi) ne leur fait donc aucun tort, il ne leur prend aucun manque à gagner.
Si l'affaire va devant les tribunaux, il est fort à parier que ces arguments seront mis en avant. Si jamais le plagieur était condamné, les sommes qu'il risque de devoir débourser seront à la hauteur du préjudice monétaire.

Vous allez me dire.... et le préjudice moral?!!

Bah justement. Comment évaluer le préjudice moral d'un auteur plagié? Les défenseurs de l'accusé auront beau jeu d'arguer que le procès médiatisé fait une publicité gratuite au plaignant. Il leur sera facile d'insinuer que seules les réparations intéressent l'auteur originel. Ce dernier sera traité comme un charognard intéressé par le seul profit.

Au final il se retrouvera dans la position de quelqu'un qui veut "voler" de l'argent à quelqu'un qui en a gagné en ramassant ses "déchets". Car dans une logique marchande, une œuvre qui ne rapporte plus rien est un déchet, il n'y a donc pas de mal à le ramasser pour lui donner une nouvelle vie sous la signature d'un autre.

J'ai été étonné, pour ma part, quand j'ai dit à mes amis que je commençais à écrire, par leur réaction quasi unanime. Avant même d'avoir lu la moindre ligne, ils m'ont demandé si j'avais fait le nécessaire pour protéger ce que j'avais écrit.

A vrai dire, peu m'importait. Je vivais dans un univers de bisounours. L'idée que mes histoires puissent être lues me suffisait amplement. Ca et l'idée de pouvoir dire que c'est moi qui les avait créés. Peu importe l'idée d'en tirer le moindre sous (enfin, si un jour quelqu'un veut m'en donner, je dirai pas non. Pas fou non plus). Dans une logique commerciale, mon travail est donc un déchet vu que je n'en attend pas d'argent. Mais je serai réellement furieux si quelqu'un essayait de s'en attribuer la paternité.

Parfois les gens donnent au chose une valeur autre que monétaire. Je trouve que le monde serait bien plus beau si on s'intéressait un peu plus à ces valeurs. Malheureusement, quand la loi les défend, elle les chiffre et donc les trahie.

Une bonne punition (qui ne trahirait pas l'auteur originel) ce ne serait pas une amende, mais fournir une paire de ciseau au plagieur afin qu'il enlève lui même des 20 000 exemplaires les passages qu'il a volé.

Monsieur Poivre d'Arvor, par son attitude prouve juste qu'il partage la même planète que moi mais pas le même monde. Je ne sais pas si je dois en être satisfait ou horrifié.
_________________
N'est déçu que celui qui croit trop. N'est heureux que celui qui croit assez.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Toonnette
Reine des Damnés


Inscrit le: 05 Juil 2004
Messages: 1825
Localisation: Nancy/Paris/

MessagePosté le: Ven Jan 07, 2011 5:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mika a écrit:
Ça me rappelle furieusement une interview exclusive donnée par Fidel Castro, je crois.

S'approprier le travail ou les réalisations en faisant croire qu'on en est l'auteur est assez méprisable. C'est s'attribuer un mérite que, par définition, on ne mérite pas.


La comparaison a été faite plusieurs fois avec son interview de Fidel...
Et je suis d'accord, s'approprier le boulot d'un autre, s'en attribuer la paternité c'est... petit. C'est avoir un esprit mesquin, profiteur, et surtout le nier ensuite et faire comme si de rien n'était, je trouve que c'est encore pire.

D'accord, il y a eu des plagiats célèbres (Régine Desforges avec sa Bicyclette Bleue, qui avait copié le 1er tiers de la trame d'Autant en emporte le vent), mais certains l'ont fait avec plus de panache. Desforges disait à l'époque que la trame ne faisait pas un livre complet, et que l'histoire d'amour de Léa ou de Scarlett pouvait être transposée à n'importe quelle époque.

Mika a écrit:

Sans vouloir me lancer dans une envolée politique, peut être est ce là une des dérives de la logique marchande sur l'éthique.
Je m'explique.

Dans une logique marchande, seuls les implications monétaires sont importantes.
Du point de vue de la biographie plagiée, comme il est dit précédemment, elle était introuvable. Il est fort peu probable qu'un retirage ait été prévu. L'auteur et l'éditeur en ont tiré, monétairement, tout ce qu'ils pouvaient en tirer. Le plagieur (j'hésite à dire plagiste tant la connotation travail de bord de plage s'impose à moi) ne leur fait donc aucun tort, il ne leur prend aucun manque à gagner.
Si l'affaire va devant les tribunaux, il est fort à parier que ces arguments seront mis en avant. Si jamais le plagieur était condamné, les sommes qu'il risque de devoir débourser seront à la hauteur du préjudice monétaire.


Dans ce cas précis, il faut savoir que Griffin, l'auteur de la biographie plagiée, est décédé. Il ne pourrait donc pas faire valoir ses droits. Et comme c'était un auteur américain, qui irait imaginer que 25 ans après une publication, une biographie serait pillée de cette façon ?

Mika a écrit:


Au final il se retrouvera dans la position de quelqu'un qui veut "voler" de l'argent à quelqu'un qui en a gagné en ramassant ses "déchets". Car dans une logique marchande, une œuvre qui ne rapporte plus rien est un déchet, il n'y a donc pas de mal à le ramasser pour lui donner une nouvelle vie sous la signature d'un autre.


Et j'ai pas forcément l'impression que les journalistes qui pointent du doigt PPDA, le font pour "protéger" l'auteur/l'oeuvre originale, mais bien pour dire : "Hey regardez ce qu'il a fait, il a un nègre qui ne sait pas bosser et il ne relis pas "ses" bouquins avant de les faire imprimer".

En fait, je crois qu'ils dénoncent à la fois le plagiat global, et l'attitude de PPDA et de sa maison d'édition. L'oeuvre originale n'ayant que peu d'importance pour eux au fond.

Mika a écrit:

J'ai été étonné, pour ma part, quand j'ai dit à mes amis que je commençais à écrire, par leur réaction quasi unanime. Avant même d'avoir lu la moindre ligne, ils m'ont demandé si j'avais fait le nécessaire pour protéger ce que j'avais écrit.

A vrai dire, peu m'importait. Je vivais dans un univers de bisounours. L'idée que mes histoires puissent être lues me suffisait amplement. Ca et l'idée de pouvoir dire que c'est moi qui les avait créés. Peu importe l'idée d'en tirer le moindre sous (enfin, si un jour quelqu'un veut m'en donner, je dirai pas non. Pas fou non plus). Dans une logique commerciale, mon travail est donc un déchet vu que je n'en attend pas d'argent. Mais je serai réellement furieux si quelqu'un essayait de s'en attribuer la paternité.


Beaucoup de "pseudo journalistes/auteur/blogueurs" n'imaginent pas que voler un texte qui est sur le net, c'est mal. Je lis énormément de blogs (connus ou pas) et régulièrement (enfin, c'est pas rare quoi), un blogueur annonce qu'il a été pillé, que son/ses texte(s) ont été recopiés ailleurs sans citer leur auteur, sans aucun crédit, parfois amputés, tranchés, mutilés... Et parfois, pour faire retirer le texte plagiés, ils sont obligés d'en passer par la justice...

C'est tellement facile de faire un copier/coller... Quand j'ai écris mon premier post, j'avais fais un copier/coller des articles en entiers. Bon, c'était plutôt indigestes à lire tel quel, du coup, j'ai coupé des passages, et comme je le fais à chaque fois que je cite quelque chose, j'indique ma source. Non par soucis de "Oh mon dieu, ils vont m'attaquer sinon", mais parce que j'estime normal de rendre à César ce qui appartient à César. (pis de toute façon, j'ai rien à gagner *Wink* )

Mika a écrit:

Une bonne punition (qui ne trahirait pas l'auteur originel) ce ne serait pas une amende, mais fournir une paire de ciseau au plagieur afin qu'il enlève lui même des 20 000 exemplaires les passages qu'il a volé.

Monsieur Poivre d'Arvor, par son attitude prouve juste qu'il partage la même planète que moi mais pas le même monde. Je ne sais pas si je dois en être satisfait ou horrifié.


J'aime beaucoup la punition imaginée... Mais gageons que les 20 000 exemplaires partiront au pilon (déforestation tout ça...) et qu'un nouvel ouvrage apparaitra comme par magie d'ici quelques joues estampillé "version définitive tralalalaitou".
_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux
Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
natiora
Marraine la Bonne Fée


Inscrit le: 23 Nov 2010
Messages: 1049
Localisation: Lille

MessagePosté le: Ven Jan 07, 2011 5:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je vais faire bref, je ne comprends pas le plagiat.
C'est un aveu public qu'on n'est pas doué ou paresseux, voleur, et que d'autres font mieux. C'est terriblement avilissant et humiliant.
Il faut croire qu'il y a des masos.
_________________
“Un livre n'est pas seulement un ami, il vous aide à en acquérir de nouveaux. Quand vous vous êtes nourri l'esprit et l'âme d'un livre, vous vous êtes enrichis. Mais vous l'êtes trois fois plus quand vous le transmettez ensuite à autrui.”

Henry Miller
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Turb
Evangélisateur multiusage


Inscrit le: 26 Sep 2004
Messages: 717
Localisation: Derrière un livre

MessagePosté le: Ven Jan 07, 2011 10:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il me semble que les cas de Houellebecq et PPDA sont tout à fait différents.

Pour le premier, apparemment, il s'agit d'emprunts ponctuels destinés justement à récupérer le ton clinique de Wikipédia, dans une sorte de ''Ready-made'' (si j'ai bien suivi). C'est donc assumé.

Pour le second, il accuse son éditeur/nègre/ordinateur d'avoir envoyé une "version non validée" (et pourtant dédicacée !).
_________________
En cours de lecture : Le Mythe de Sisyphe, d'Albert Camus
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Lörwenn
Chevalière errante


Inscrit le: 18 Sep 2010
Messages: 438
Localisation: Endórë

MessagePosté le: Dim Jan 16, 2011 9:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Certains sont même condamnés pour des "ghost books" *Mr. Green* … Deux journalimenteurs* comme par hasard.
En compagnie des pipeaulitiques**, ces deux castes détiendraient-elles le monopole ou l'usage du plagiat ? À vérifier ici pour quelques surprises (Tahar Ben Jelloun, Michel Le Bris…).

Pour reprendre l'interrogation de Turb, on peut considérer que les cas de PPDA et de Houellebecq sont différents et je pense qu'ils le sont (par exemple il n'est pas prouvé que Houellebecq ait eu recours à des "nègres" alors que c'est avéré pour l'autre malgré toutes ses dénégations orgueilleuses).
Par contre M.H. aurait dû avoir l'élégance -à défaut d'honnêteté intellectuelle- de signaler l'emprunt de certains des passages de son œuvre dans l'encyclopédie collaborative et d'en citer la source. Ce n'est pas parce que c'est "gratuit" et qu'il suffit de se "servir" qu'il est dispensé du droit de citation. S'il avait respecté ce simple point (et par extension le travail d'autrui), il aurait évité la polémique à la sortie de son livre et sa mise à disposition sur le net. À moins que dans ce cas précis nous ayons encore affaire à un "coup éditorial" ? J'aimerais bien connaître le manque à gagner de l'éditeur suite à tout ça.

-------------------------------------------
(*) journaliste+animateur+menteur
(**) people+politique+pipeau
_________________
"Au commencement était le verbe.
Puis arriva le traitement de texte, et leur foutu processeur de pensée.
La mort de la littérature s'ensuivit. Ainsi va la vie."

(Dan Simmons, Les Cantos d'Hypérion : Endymion-T3).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Toonnette
Reine des Damnés


Inscrit le: 05 Juil 2004
Messages: 1825
Localisation: Nancy/Paris/

MessagePosté le: Mer Jan 26, 2011 5:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

20 000 bouquins mis au pilon et la sortie en catastrophe d'une édition expurgée des passages incriminés...

Le comparatif du site de l'express sur la dernière mouture de la biographie d'Hemingway

Sinon pour répondre, les cas Houellebecq et PPDA sont fondamentalement différents c'est vrai. Mais les réactions des protagonistes le sont aussi. Et il n'est pas dit que les deux sortent grandis de cette aventure.
_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux
Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aède



Inscrit le: 23 Juil 2009
Messages: 126
Localisation: Marseille

MessagePosté le: Ven Fév 11, 2011 7:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Eh be ! Bernard Mark devrait avoir honte d'avoir pompé la biographie de Peter Griffin. ça aurait évité bien des ennuis à ce pauvre PPDA. LOL *Very Happy*
_________________
http://cyril.carau.outremonde.fr
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Lörwenn
Chevalière errante


Inscrit le: 18 Sep 2010
Messages: 438
Localisation: Endórë

MessagePosté le: Mar Mar 08, 2011 3:52 pm    Sujet du message: PPDA bâché comme un fil aux off ^^ Répondre en citant

2479 exemplaires vendus à la famille, les amis et les flagorneurs, en somme. *Mr. Green*
_________________
"Au commencement était le verbe.
Puis arriva le traitement de texte, et leur foutu processeur de pensée.
La mort de la littérature s'ensuivit. Ainsi va la vie."

(Dan Simmons, Les Cantos d'Hypérion : Endymion-T3).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Toonnette
Reine des Damnés


Inscrit le: 05 Juil 2004
Messages: 1825
Localisation: Nancy/Paris/

MessagePosté le: Mar Mar 08, 2011 5:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quand je pense que 3000 exemplaires, c'est souvent le 1er tirage d'un 1er roman d'un jeune ou nouvel auteur... Et que les maisons d'édition font un réel pari sur l'avenir dudit auteur...
Ça laisse rêveur sur le pognon que les maisons d'éditions sont capable de jeter pour un type comme PPDA.

Le "stakhanoviste de l’écriture (plus d’une cinquantaine d’ouvrages signés ou cosignés)," me fait doucement rigoler au passage...
_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux
Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Bernard R.



Inscrit le: 01 Nov 2011
Messages: 35
Localisation: Isère

MessagePosté le: Mar Nov 08, 2011 6:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir,

je n'y connais rien en matière d'édition, mais je me demandais s'il y avait une sorte de recherche d'antériorité comme pour les dépots de brevet ?
mais peut-être cela ruinerait complètement les maisons d'édition ?

Concernant le plagia, la seule chose que je connaissais venait d'un livre (je ne me souviens plus du titre ) de Douglas Kennedy.

Bernard
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Toonnette
Reine des Damnés


Inscrit le: 05 Juil 2004
Messages: 1825
Localisation: Nancy/Paris/

MessagePosté le: Mar Nov 08, 2011 11:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bernard R. a écrit:
Bonsoir,

je n'y connais rien en matière d'édition, mais je me demandais s'il y avait une sorte de recherche d'antériorité comme pour les dépots de brevet ?
mais peut-être cela ruinerait complètement les maisons d'édition ?

Concernant le plagia, la seule chose que je connaissais venait d'un livre (je ne me souviens plus du titre ) de Douglas Kennedy.

Bernard


Une recherche d'antériorité ? Je ne pense pas non, ça coûterait très cher aux éditeurs pour de piètres résultats. Il n'existe pas de base de données de tout ce qui a été publié (à la seule exception de la bibliothèque nationale française (BNF) où un exemplaire de tout ce qui est écrit est déposé pour plus d'infos on clique ici ), du coup les recherches seraient longues et fastidieuses (donc coûteuses, mais ça créerait des emplois... bref...)

Un procès les plus connus en matière de plagiat reste celui de Régine Desforges, accusée d'avoir copié la trame d'Autant en emporte le vent. (pour avoir lu les deux, c'est d'une évidence manifeste pour quelques passages, par exemple la rencontre entre Léa et François...). Dans ce cas précis, l'éditeur a publié le roman en toute connaissance de cause, puisque l'écriture du roman fait suite à un pari au sujet d'Autant en emporte le vent entre Régine et son éditeur.
_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux
Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Bernard R.



Inscrit le: 01 Nov 2011
Messages: 35
Localisation: Isère

MessagePosté le: Mer Nov 09, 2011 6:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir,
Effectivement une recherche d’antériorité type brevet coûterait sans doute trop cher. Par contre d’autres méthodes pourraient être envisagées.
J’écris parfois des articles pour des revues ou journaux scientifiques. Ceux-ci sont à « comités de lecture », ce qui signifie qu’en général deux lecteurs vérifient 1) la justesse de ce qui est écrit (c'est très difficile) 2) son originalité (ce qui signifie bien sûr qu’il ne peut s’agir ni de plagiat, ni de résultats déjà communiqué par l’auteur même sous une autre forme dans d’autres revues ou journaux).
Les lecteurs sont choisis par l’éditeur du journal ou de la revue parmi les scientifiques de sa connaissance en fonction du sujet, qui eux-mêmes peuvent décliner et indiquer d’autres de leurs collègues, ect…
Typiquement il m’arrive ainsi également de « reviewer » des articles. On fait cela gratuitement, d’une part parce que c’est la seule manière que le système puisse fonctionner, d’autre part parce que cela nous permet de connaitre en avant première les résultats scientifiques d’autres équipes. En effet, lors de la « review », on a toujours des corrections à proposer, des commentaires à faire pour rendre le texte plus compréhensible, … et le texte définitif n’est en général éditer réellement que plusieurs mois après.
Le système a bien sûr ces inconvénients : équipe concurrente qui classe mal un papier et refuse son édition, … mais l’auteur a également souvent la possibilité de mentionner des noms de « reviewers » à éviter pour conflit d’intérêt.
J’imagine qu’un éditeur de roman ne prend pas seul la décision d’éditer un livre et qu’il s’appuit également sur l’avis d’autres lecteurs pour savoir si le livre « plaira » ou non au public, éventuellement à des re-lecteurs différents en fonction de la thématique abordée dans le livre. Un système identique à celui des revues scientifiques (qui a certainement également beaucoup de défaut : en histoire on a vu des thèses révisionnistes soutenues !) pourrait peut-être fonctionner.
De plus, je ne sais pas si l’auteur signe un « contrat » avec sa maison d’édition mais dans le cas des dépôts d’articles il y a clairement un chapitre avec les conditions éthiques à remplir, avec souvent en tête du lien une référence au plagia. Un exemple concernant le journal « Cryogenics » est donné ci-dessous:
« Plagiarism is globally recognised as a serious academic offence. Please read and adhere to the guidelines for Ethics in Publishing. Please accept these guidelines (by ticking the box in the last column) before you approve your PDF and complete the submission of your paper. »

Bon, même si cela ne fait pas avancer le smiliblic, j’espère vous avoir donné un aperçu du fonctionnement des publications scientifiques.

Bernard
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Coin des Lecteurs Index du Forum -> A vous la parole Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Commandez vos livres sur Internet avec le Coin des Lecteurs => ici


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 198915 / 0